Bayonne (06/09/2015 - tarde) : Joselito Adame sur le fil...

  • Imprimer

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Corrida de clôture en terre bayonnaise. Les arènes étaient pleines pour l'occasion et selon l'adage bien connu corrida de expectacion, corrida de decepcion. Il faut dire que le lot de Garcigrande retenu a été très loin de valoir celui de 2014.

Seul le mexicain Joselito Adame réussit à couper une oreille en toute fin de spectacle (mis à part le rejoneador Leonardo Hernandez qui avait ouvert la tarde).

Sebastian Castella.
Mal servi par la sort, le biterrois est reparti très déçu de Lachepaillet. Les statuaires initiales donné au 1er Garcigrande accentuèrent-elles son défaut de délivrer un coup de tête en fin de passe? Quoiqu'il en soit la faena sera terne, Castella se méfiant de la corne gauche et le côté droit n'offrant guère de possibilités de construire quelque chose de cohérent. Saluts d'affection après entière de côté.
La faena au 4ème sera longue, très longue. Elle plaira au public, contrairement à la musique que le maestro demanda à changer, le rythme lent des Charriots de Feu n'étant pas du tout adapté à la tauromachie du français. Après un démarrage prudent, Sebastien liera les séries et les passes sans vraiment se croiser avant de revenir au près pour revenir dans les cornes compte-tenu des maigres qualités du toro. Une atravesada précédera une entière tombée. Saluts.

Ivan Fandiño.
Le Garcigrande qu'il dut initialement affonter ne se livra guère dans la cape du basque et encore moins dans le peto de la cavalerie. Il arrivera au dernier tiers sur la réserve. En baissant bien la main Fandiño va contraindre le toro en le dominant et le soumettant. Le Garcigande se livrera plus dans les plis de la muleta grâce à ce bon travail. L'entière au 3ème essai tombera l'animal mais réduira le succès à un simple salut, faible récompense au regard de la faena délivrée.
Le 5ème fléchira dès son entrée en piste même s'il prit les plis de la cape dans une bonne réception. Brindé à tous, après un discret passage au cheval, la faena ira rapidement a menos, le natif d'Orduña finissant par baisser quelque peu les bras devant les faibles possibilités de l'animal qui plus est gazapon. Silence.

Joselito Adame
Distrait au capote, le toro subira deux dures piques de Paco Maria. Commencée assis sur l'estribo, la faena sera difficile à mettre en musique, le toro ayant peu de race. Après 4 séries, il se rendra en allant langue pendante de refugier aux planches. Le mexicain finira par abréger. Silence.
Avec le dernier de l'envoi, bravito lors de ses deux contacts avec le picador, Adame devra batailler en querencia très rapidement après l'entame (statuaires puis deux séries à droite), le toro se trouvant bien mieux près de la barrière qu'au centre de la piste. Opportunément toréant sur le passage des quelques embestidas, la faena durera suffisamment pour que le public adhère. Recibir avec entière tombée pour finir. Oreille

En entame apéritive, Leonardo Hernandez affronta un Los espartales qui se laissa suffisamment faire pour lui permettre de démontrer ses talents de cavaliers même si les fondamentaux des poses de banderilles notamment, ne furent semble t'il pas toujours respecté. Oreille après estocade hémorragique.

Bayonne
Corrida de clôture.
Plein

1 Los Espartales pour le rejoneador Leonardo Hernandez : 1 oreille

6 Garcigrande
12 piques
Cavalerie Heyral

Sebastian Castella saluts/saluts
Ivan Fandiño saluts/silence
Joselito Adame silence/oreille

Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Philippe Latour