• 1

Nîmes (09/04/2016) : "El Rafi" a hombros...

@ElTico
@ElTico
Beau succès populaire pour cette novillada sans picador organisée conjointement par la société "Simon Casas Production" et la Ville de Nîmes dans le cadre de ces nouveaux "Rendez-Vous en Terre d'Aficion". Les spectateurs qui garnissaient les bas étages des tendidos de l'immense amphithéâtre de la Préfecture Gardoise, auraient rempli jusqu'au faîte bien des arènes de la région...

Le spectacle a été entretenu et de qualité, grâce notamment aux novillos de "Malaga" et de "Blohorn". Certes, tout ne fut pas parfait, mais quand on voit la qualité du bétail qui sort en ce moment même dans les arènes de Séville, on se dit qu'au moins, les novillos français proposent du jeu. Il en est de même pour nos trois jeunes aspirants qui se sont montrés tout au long de la tarde à la hauteur du cadre prestigieux dans lequel ils avaient eu le privilège d'être appelé à se produire. Au final, c'est l'élève du Centre Français de Tauromachie "El Rafi" qui s'est vu remettre par Bernard Planchon, représantant l'UCTPR, le Prix au meilleur novillero de la course, après avoir coupé une oreille de chacun de ses opposants. Mais le résultat artistique eut pu être beaucoup plus flatteur sans beaucoup de maladresses aux aciers, notamment pour l'Arlésien Dylan Raimbaud.

Laurent Deloye ElTico


Voir la chronique d'Alexandre Guglielmet :

Adrien Salenc salua son eral du fer de Malaga par deux largas avant de l'emmener au centre par un capoteo un peu saccadé. Echange de quite entre Dylan Raimbaud et Adrien par chicuelinas. L'élève de la fundacion "El Juli" écouta ensuite une belle ovation après un tercio de banderilles de haut vol conclu par un quiebro al violin. Après un brindis aux tendidos, il montra toute son envie en entamant sa faena par trois passes dans le dos plein centre, terminant par un double pecho. Adrien montra tout au long du combat un joli bagage technique pour tirer le meilleur d'un eral restant court et jouant de la tête lors des échanges. Sous la musique, il livra une faena essentiellement gauchère de bonne facture où il pût dessiner de précieuses naturelles ajustées et bien cadencées. Malgré quelques tentatives, le piton droit se montra beaucoup moins collaborateur. Le natif de Nimes termina son travail par de soigneux molinettes, avant de connaitre l'échec à la mort le privant d'une oreille qui lui semblait promise. Silence après avis.
Le Blohorn sorti en quatrième position resta court dans le capote de salida, obligeant Adrien à le lidier par fuera. Entame de faena du novillero par doblones très autoritaires, par le bas. Face à un astado proposant son lot de complications, Adrien fit le métier, montrant abnégation et maturité. Dans une muleta poderosa, il arracha des séries méritoires avec notamment de bons passages gauchers. Il paracheva son travail par une entière d'effet immédiat qui fit tomber un mouchoir du palco présidentiel. Oreille.

Dylan Raimbaud réceptionna son novillo de Malaga pour des veroniques dynamiques avant de voir El Rafi dessiner un bon quite par chicuelinas. Dylan répondant sans attendre par un mélange de chicuelinas et tafalleras. Face à un adversaire encasté, il débuta son travail de muleta par des doblones allurés. Dans un registre classique, il traça sur le ruedo Nîmois deux très longues séries
droitières profondes, bien templées, déclenchant la musique. Après un essai non concluant sur la rive gauche, il reprit la diestra pour imprimer des séries de bon goût mais irrégulières. Celles ci n'eurent pas la même profondeur ni le même écho que les précédentes. Il tua d'un trois quart de lame suivi d'un pinchazo et d'une entière d'effet très lent. Ovation avec salut après deux avis.
Dylan accueillit le cinquième novillo de Blohorn par deux cordobinas, enchaînant par veroniques, demie et revolera. S'en suivit un quite d'El Rafi par de douces navarras avant que l'Arlésien ne pose lui même les banderilles avec réussite. Brindis à Frédéric Pastor avant d'entamer un trasteo où il eut du mal à s'accorder avec son opposant. Face à un animal donnant du jeu, il livra une prestation en dent de scie, capable de réaliser de très bonnes séquences avec la main gauche comme de connaître des moments beaucoup plus brouillons avec de fréquentes enganchades. Mort en cinq assauts. Silence après avis.

El Rafi accueillit son Malaga par veroniques et chicuelinas avant un quite enlevé du chef de lidia. Le Nîmois se mit en évidence lors d'un tercio de banderilles brillamment réalisé, montrant beaucoup d'aisance et d'alegria. Il initia sa faena par des passes aidées par le haut, très stylées, enchaînant par trinchera et passe du mépris. Au dernier tercio, son novillo se révéla manso et il fallut un Rafi très déterminé pour réussir à le garder dans le leurre. Le Nimois parvint à l'embarquer sur les deux bords dans de très bonnes séries templées et très "torera", de belle envergure. Une prestation aboutie qui porta sur le public et qui fut conclue par une entière après une épée atravesada. Oreille.
Il salua le dernier marqué du fer de Blohorn par deux largas de rodillas, veroniques et demie. Quite d'Adrien Salenc par veroniques conclu par serpentina avant qu'El Rafi ne brille lors d'un tercio de banderilles enlevé, récoltant une ovation à l'issue. A la muleta, face à cet animal donnant du jeu, il livra une prestation de qualité, très convaincante. Sûr de son toreo et trouvant le bon sitio dès les premiers échanges, il dessina dans une gestuelle pleine de toreria des tandas de classe sur les deux pitons. Il fit rugir les gradins dans un final par luquecinas avant de loger une entière au troisième essai. Oreille

Alexandre Guglielmet

Arènes de Nîmes
Samedi 9 avril 2016 à 16h
1/4 arènes
Beau temps
Durée : 2h20
3 erales de Malaga/ 3 erales de Blohorn

Adrien Salenc : Silence après avis / Oreille
Dylan Raimbaud : Ovation avec salut après deux avis / Silence après avis
El Rafi : Oreille / Oreille

Voir le reportage photographique : ElTico