• 1

Hagetmau (31/07/2016) : Un exceptionnel novillo d’Ana Romero ouvre la seconde novillada d’Hagetmau...

@Matthieu Saubion
@Matthieu Saubion
Comme il était prévisible, c’est à une novillada différente de celle de samedi qu’a assistée le public qui garnissait au deux tiers les gradins des arènes d’Hagetmau.

Très dans le type « Buendia » avec du trapio, les novillos de la ganaderia Ana Romero ont contribué à rendre très intéressante ce deuxième opus des Fêtes de la capitale de la Chalosse. Intéressants au cheval, ils ont arrivé à la muleta avec de la fixité et de la noblesse. Il leur a juste manqué un peu de piquant, mais tous offraient de vraies possibilités aux novilleros.
On retiendra de cette course, l’exceptionnel novillo sorti en première position, honoré d’une vuelta méritée et qui aurait pu avoir une autre destinée, si le torero avait prolongé la faena.
Comme pour accentuer la comparaison entre les courses de samedi et dimanche est sorti en dernière position, un sobrero de Raso de Portillo, remplaçant le troisième Ana Romero qui s’est cassé une corne en percutant le cheval à la première pique.
Le public a pu ainsi comparer, une dernière fois, les deux encastes et évaluer ce que chacune peut apporter à la Cabaña Brava. . On peut juste regretter les armures commodes, fréquentes dans cet élevage et une fragilité de certaines pointes.
Côté torero, Pablo Aguado bon torero mais malchanceux à l’épée, Leo Valadez motivé mais encore vert et un Luis David Adame plus à l’aise avec un Ana Romero, mais courageux face au Raso, ont coupé chacun une oreille.

Le premier novillo sera certainement un voire le novillo de la temporada française. Magnifique de présentation, totalement dans le type de la ganaderia, il humilie avec une grande classe dès les premiers capotazos. Il prend, avec bravoure, deux très belles piques en mettant les reins. Dommage qu’il n’en ait pas pris une troisième. Aux banderilles, il poursuit et remate au planche après chaque banderillero. Pablo Aguado le brinde au public. Début de faena à droite, genoux ployés, le toro part de loin et charge avec noblesse. Comme au premier tiers, il se livre, bouche toujours fermée, et humilie aussi bien à droite qu’à gauche Le torero le cite et le guide muleta très basse et les séries de très belles qualités mettent en évidence les qualités du toro. On peut juste reprocher au torero de ne pas complètement être allé au bout des possibilités de son adversaire.par des passes encore plus croisée et surtout arrêtant trop vite la faena. Il a manqué une ou deux séries pour mette encore plus en valeur les qualités exceptionnelles du toro et peut être déclenché une pétition d’indulto.
L’andalou termine par de superbes passes d’ornement. Tout est place pour le triomphe mais Aguado va être trahi par les aciers. L’entrée à matar est sincère mais l’épée rentre dans le ventre du toro. Curieusement le Santa Coloma se couche pour ne plus se relever.
La vuelta du toro est très applaudie ainsi que le salut du torero.
Le second est le moins typé et le moins présenté du lot. Il prend une première pique en poussant et une seconde avec plus de violence que de bravoure. Petit tercio de pique à charge de Leo Valadez., le novillo, juste de force, est tardo et retient sa charge. Le mexicain n’allonge pas sa charge accentue de dernier défaut. Le toro finit par s’arrêter systématiquement à mi charge que ce soit à droite ou à gauche. L’épée entière mais très en avant est efficace mais cela laisse froid le public qui n’a pas été accroché par la faena.

Le troisième se casse la corne dès son contact avec le peto du cheval. Il est renvoyé au toril et remplacé par le novillo prévu en 6ème position. Le toro fait une impressionnante vuelta de campana dont il gardera des séquelles pendant une partie de la faena. Il pousse lors de la première pique mais ne subit qu’un léger picotazo à la seconde. Il est noble, faible et il est capable d’humilier dans les limites de ses moyens physiques. Luis David Adame lui sert une faena type le toréant entre mi hauteur et bas pour le tenir debout. Le toro développe de la soseria et le début de faena manque d’émotion. Le Ana Romero se reprend physiquement. Il va à mas.et le mexicain finit, mais un peu tard, par modifier sa façon de toréer profitant de cette amélioration du comportement du toro. Il est plus sincère et tire plus le toro mais en le citant de trop près. Le cadet des Adame coupe une oreille après une estocade en avant.

Le quatrième est costaud mais pauvre de tête. Accueilli à genoux par Pablo Aguado, le toro se défend à la pique. La cuadrilla salue après le tercio de banderilles. Le toro est noble, le torero andalou va d’abord l’entreprendre à mi hauteur à droite. Le toro est noble et peut humilier ce dont ne tire pas profit le novillero. Il corrige le tir en passant à gauche, côté où il utilise mieux la noblesse et la charge du novillo. La faena, comme le toro va à mas. A la mort, c’est plus approximatif. Le torero coupe, toutefois, une oreille après une épée entière mais trasera et plate qui nécessitera l’usage du verdugo.

Le cinquième est un joli novillo. Leo Valadez veut lui aussi couper une oreille. Il l’accueille avec beaucoup d’originalité et d’élégance à la cape. Le novillo mal mis en suerte, pousse à la première rencontre et prend un picotazo à la seconde. Après un très bon quite par lopecinas, la mexicaine banderille avec beaucoup d’élégance et d’efficacité. Il va toréer avec beaucoup de motivation ; Il débute à genoux. Le novillo est noble et humilie. Valadez alterne de bonnes séries avec d’autres plus accrochées. Le toro tardo à gauche va à menos et le torero allonge inutilement la faena.
Final par manoletinas à genoux avant de s’engager pour une entière en avant, le novillero coupe une oreille après une faena incomplètement aboutie.

En sixième, retour dans le passé, avec la sortie en piste du sobrero de Raso de Portillo. Plus petit et plus léger que ceux d’hier, il prend comme une grosse ration de fer avec carioca systématique. Après avoir mis en déroute la cuadrilla aux banderilles, le novillo arrive au troisième tiers avec du gaz et ne lâchant jamais le combat. Après avoir été bien doublé, il ballade le torero dans tous les terrains de l’arène. Adame, contrairement à ce qu’on aurait pu craindre n’a pas refusé le combat et s’arrime pour donner deux bonnes séries à droite. Il conclue sa faena par une entière de côté.

Ainsi s’achève un bonne Féria du novillo dans les arènes d’Hagetmau.

Fiche technique :
Arènes d’Hagetmau, deuxième novillada de la Feria du novillo 2016.
5 novillos d’Ana Romero, bien présentés, souvent braves et toujours nobles et un sobrero de Raso de Portillo, sorti en 6ème position pour remplacer le troisième titulaire qui s’est cassé une corne.
Le premier, très grand novillo est honoré d’une vuelta al ruedo amplement méritée

Pablo Aguado : salut, une oreille
Leo Valadez : silence, une oreille
Luis David Adame : une oreille, silence

Salut de la cuadrilla de Pablo Aguado après le tercio de banderilles du quatrième.
Douze piques avec une chute du groupe équestre
Président : Nicolas Pétriat assisté de Pascal Darquié et Fanny Ustarroz
Le soleil arrive juste après le paseo.
Deux tiers d’arènes

Thierry Reboul