Istres (07/08/2016): El Rafi et Alvaro Sanchez a hombros...

  • Imprimer

@Daniel Chicot
@Daniel Chicot
Ce dimanche 7 août, la temporada Istréenne se poursuivait par une novillada sans picador baptisée "Las Flores del Toreo". Au programme de ce spectacle, une rencontre internationale entre écoles taurines de France et d'Espagne en partenariat avec le Centre Francais de Tauromachie de Nimes. Le tout arbitré par les pensionnaires de la ganaderia gardoise La Paluna, propriété de Michel et Vincent Fare.

El Azabache (E.T.Arles) reçut le premier novillo de la tarde par de soigneuses veroniques, rematant par deux medias. Quite alluré de Tellez, capote por la espalda, réponse aussitôt d'Azabache par chicuelinas. Bon entame de troisième tiers de l'Arlesien par de jolis doblones après avoir brindé à l'assistance. Profitant des bonnes embestidas de son adversaire, il dessina une faena plaisante dans un registre très classique. Sur les deux bords, il imprima des séries léchées de bon goût, rematant l'ensemble par des passes aidées par le haut. Un échec aux aciers le priva certainement d'un trophée. Vuelta.

Angel Tellez (E.T.Madrid) hérita d'un novillo qui mit la panique lors du tercio de banderilles et qui se révéla manso et dangereux au dernier tercio. Dès les premiers échanges, le novillo alla se révéler impossible à droite. Sur la corne gauche, l'élève de l'école taurine de Madrid enfila le bleu de chauffe, faisant preuve de beaucoup de mérite pour arracher à ce novillo de valeureux muletazos. En fin de faena, il se fit spectaculairement accrocher sans conséquences avant de tuer d'une multitudes de coups de verdugo. Ovation après deux avis.

Le novillo dévolu à El Pere (C.F.T) chargea avec beaucoup d'alegria dans le capote de salida. Thomas Ubeda, reconverti depuis peu en banderillero, salua après deux très bonnes poses de palos. A la muleta, le bicho manso et manquant d'humiliation donna son lot de complications au jeune novillero. A base d'abnégation, il réussit à tirer contre les planches de bonnes tandas de derechazos. Une demi épée après pinchazo suffit à faire vaciller son astado. Oreille.

El Rafi (C.F.T) se distingua lors de la réception de son novillo par de douces veroniques suivies de chicuelinas très serrées. Le Nîmois écouta ensuite une forte ovation après avoir cloué les palos avec brio et aisance. A l'ultime tercio, le novillo allait se montrer de caractère manso, comparable à ses frères. El Rafi, très sûr de son toreo, réussit à le garder dans sa muleta afin de lui lier des séries a gusto portant sur les tendidos. Il conclut cette prestation de belle facture par un trois quart de lame trasera de résultat rapide. Deux oreille.

Alvaro Sanchez (E.T.Guadalajara) salua son eral par veroniques, chicuelinas et serpentina. Vincent Perez partit au quite par chicuelinas avant que le novillero titulaire ne lui réponde par des tafalleras ultra serrées, sans bouger d'un millimètre. Il brilla ensuite lors du second tercio par des poses de banderilles, plein d'alegria et de pouvoir. A la muleta, même son de cloche que ses frères, avec ce côté fuyard. Faisant preuve d'un bon bagage technique et d'une jolie maturité, il parvint à intéresser son animal pour en extraire le meilleur lors de séries bien rythmées et cadencées. Il termina sa prestation très convaincante par une entière contraire libérant deux mouchoirs du palco présidentiel.

Vincent Perez (E.T.Arles) accueillit par un bon capoteo son novillo avant que Adame ne réalise un quite enlevé, terni par un désarmé sur le remate. Face à un animal encasté, l'Arlesien, très volontaire, livra une prestation en dent de scie. Il fut capable de délivrer de bons passages droitiers mais se fit trop souvent engancher pour vraiment peser sur son astado. A la mort, il fit preuve d'un grand engagement, se faisant déchirer la taleguilla sur tout le haut de la cuisse. Oreille après entière.

Alejandro Adame (E.T.Madrid) lidia par fuera le dernier de l'envoi. El Azabache réalisa un quite heurté avant que le mexicain ne se mette le public en poche par des zapopinas très allurées. A la muleta, le mexicain n'eut pas d'options de briller, le novillo se retournant très court et gardant la tête haute dans le leurre. Très engagé, il alla jusqu'à l'accrochage sans gravité en fin de combat avant de parachever cette prestation méritoire par une entière. Oreille.

Arènes du Palio d'Istres
7 novillos de la Paluna (Saint Gilles)
1/4 d' arènes
Beau temps
Durée : 3h10

El Azabache : Vuelta
Angel Tellez : Ovation après deux avis
El Pere : Oreille
El Rafi : Deux oreilles
Alvaro Sanchez : Deux oreilles
Vincent Perez : Oreille
Alejandro Adame : Oreille

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : Daniel Chicot