• 1

Vauvert (07/07/2013) : les Palha gardent leurs oreilles...

Photo : ElTico
Photo : ElTico
et pourtant, ils auraient du en laisser quelques unes sur le sables des arènes Jean Brunel de Vauvert en ce dimanche de canicule...

Il devient de plus en plus fréquent me semble-t-il, de devoir écrire que « Untel » a perdu les trophées à l'épée ou que « Telautre » s'est vu privé d'une puerta grande entrouverte à la muleta, pour cause d'aciers défaillants... Mais quand on aspire à une carrière de Matador de Toros, les toros, il faut les tuer. Et ce ne fut pas le cas aujourd'hui, loin s'en faut. Dommage pour un Cayetano Ortiz retrouvé qui semble-t-il, a tout de même fait une erreur de stratégie au quatrième qu'il a payé cher au final. Comment ne pas penser qu'en misant sur l'indulto d'un exemplaire certes bien meilleur que les trois premiers, le jeune torero biterrois s'est en partie démobilisé et n'était plus mentalisé comme il se doit épée en main ? Comble de malchance pour lui, quelques tristes sires lui adressaient quolibets et sifflets injustes au moment où lui était décerné le prix de la meilleure faena du jour.

Dommage aussi pour Fabio Castañeda. Appliqué et concentré tout au long de la tarde, le jeune protégé de Patrick Laugier et Marc-Antoine Romero avait fait le plus dur face à ses deux opposants du jour. Mais la suerte suprême lui a été fatale et il repart sans trophée à faire valoir, les succès d'estime ne faisant pas signer de contrats...

Cesar Valencia, qui substituait Guillermo Valencia initialement contracté par les organisateurs, a mis lui deux épées pas très orthodoxes, mais d'effet rapide. Ce qui satisfait en général la majeure partie du public. Mais il a semblé bien vert dans ce contexte et n'a que rarement dominé son sujet ce soir, malgré un sorteo plutôt favorable.

Les novillos de Palha, nobles en général ont donné du jeu à l'exception des deux premiers, faibles. Le quatrième exemplaire, baptisé Precionado, a été primé d'une vuelta al ruedo posthume.

A déplorer une entrée décevante sous une chaleur éprouvante, ceci expliquant peut-être cela, en dépit d'un programme soigné et d'une organisation sans faille.

En matinée, répondant à l'invitation des organisateurs qui souhaitaient ainsi remercier l'aficion mobilisée en masse pour défendre la dernière Feria de l'Ascension à Alès (30), Marc Serrano a tienté deux becerras et mis à mort le toro de réserve d'Adelaïda Rodriguez devant une assistance réduite.

 

Laurent Deloye ElTico

 

La Chronique d'Anthony Pagano

Cayetano Ortiz lidia bien à la cape son premier adversaire qui fut très mal piqué sur une unique rencontre prise en manso. Lors de la faena, il cadra rapidement ce novillo, noble mais juste de forces, et servit de bonnes naturelles alliant technique et bon sens du placement. Faena principalement gauchère au cours de laquelle Gaëtan montra un répertoire varié et des gestes de qualité mais manquant toutefois de transmission. Silence. Le second exemplaire de Cayetano reçut trois piques mais sans histoire. En revanche, lors du troisième tiers, le novillo se révéla très bon. Cayetano brinda sa faena à Bernard Carbuccia et entama au centre sur la corne droite. D'emblée le Palha montra noblesse et répétition dans le leurre, répondant à chaque cite y compris de loin, et ce tout au long du parcours. Gaetan fut pour sa part technique, se montrant à l'aise sur les deux bords, avec temple et envie. Il prolongea la faena, pour peut-être obtenir la grâce du novillo demandée par une poignée de personnes, heureusement non suivie, et tua d'une demie lame tombée et descabellos. Le novillo fut lui ovationné lors d'une vuelta posthume.

Fabio Castañeda accueillit le premier par une larga genoux en terre et donna de beaux détails au capote. Il partagea les banderilles avec César Valencia et brinda son combat au public. Il débuta par statuaires au centre du ruedo et trouva rapidement le bon rythme et la bonne distance. Le novillo fut noble mais peu franc et manquant de force et transmission. Le Vénézuélien servit de bonnes séries sur la corne droite et seulement des naturelles isolées sur l'autre corne. Le novillo s'arrêtait de plus en plus au fil de la faena à laquelle Fabio mit fin par deux pinchazos et descabello. Lors de sa seconde faena, entamée par statuaires aux planches, Fabio eut du mal à trouver le rythme et à s'entendre avec ce novillo pourtant noble et chargeant avec envie. Il n'arriva pas à canaliser la charge de son opposant et resta en dessous de celui-ci. Il le tua d'une vilaine lame dans les cotes.

César Valencia fut en premier lieu débordé capote en mains par le troisième de la course, qui reçut deux piques mais en ne s'employant qu'un peu sur la seconde, venant de loin. Il brinda au public et débuta par doblones. Le novillo fut noble, mais cherchant à prendre la fuite entre les passes, et doté d'une charge désordonnée. Peu d'émotion lors de ce combat au cours duquel le novillero fut désarmé à plusieurs reprises. Il n'y eut pas de faena, seulement des détails parsemés. César tua le novillo d'une lame tombée efficace. Face au dernier de la course, César eut du mal à imposer son rythme face à un exemplaire exigeant et distrait. Il montra courage et détermination mais il ne réussit pas à construire de faena.

 

Fiche technique :

Six novillos de la ganaderia Portugaise "Palha", très bien présentés et armés. Les deux premiers justes de forces, les autres nobles, francs de charge et intéressants. Meilleur le quatrième, dont la dépouille fut primé de la vuelta al ruedo.

Dimanche 7 Juillet 2013.

Entrée : 1/2 arène.

Temps : Forte chaleur avec léger vent.

Durée de la course : 2h40.

Rencontres avec la cavalerie d'Alain Bonijol :12.

Poids des novillos : non affichés.

 

A noter :

- César Valencia remplaçait Guillermo Valencia indisponible.

- A l'issue du paseo une minute de silence à été observée en la mémoire de Daniel Gimenez et André Floutie "Fritero".

- Fabio Castañeda et César Valencia se présentaient à Vauvert.

- Le quatrième exemplaire fut primé de la vuelta al ruedo posthume.

- Tous les novillos furent applaudis à l'arrastre.

- Le prix de la meilleure cuadrilla resta désert, et fut remis à la place au mayoral de la ganaderia.

- Le prix de la meilleure faena fut attribué à Cayetano Ortiz.

- Le prix du meilleur picador fut remis à Jacques Monnier.

 

Cayetano Ortiz (Blanc cassé et or avec parements noirs) : Silence après un avis / Applaudissements après 2 avis.

Fabio Castañeda (Rose et or) : Saluts après 1 avis / Saluts après 1 avis.

César Valencia (Noir et argent) : Saluts / Silence.

 

Voir le reportage photographique de la course : ElTico

Voir le reportage photographique de la matinale : ElTico