• 1

Gimeaux (30/10/2016) : Cayetano Ortiz coupe la seule oreille...

@Llopir
@Llopir
Comme chaque fin de temporada, le club taurin Paul Ricard "Lou Fourmigo" proposait dans son antre de la Monumental de Gimeaux un festival taurin. Le choix du bétail s'est porté sur deux novillos de la ganaderia "La Cravenque" et deux "Pagès-Mailhan". Côté piétons, le paseo fut effectué par les matadores Cristian Escribano, Cayetano Ortiz, Pedro Carrero ainsi que le novillero Pierre Mailhan.

Le premier novillo de la Cravenque, monté par devant, donna des sueurs froides à Cristian Escribano, cherchant l'homme sur les premiers capotazos. Face au groupe équestre monté par Gabin Rehabi, l'utrero prit trois rations de fer, gardant la tête haute dans le peto. Après ce tercio de varas, les mauvaises intentions du novillo avaient quelque peu disparu. Même si le bicho manquait d'humiliation et de classe dans ses embestidas, Escribano put tout de même s'exprimer et montrer qu'il était un torero de qualité. Proposant une muleta ferme et précise, il dessina une prestation ambidextre de bon goût qui fut hélas ternie par un mauvais maniement de l'estoc. Cette mort en quatre temps lui coûta la première oreille de la tarde. Ovation

Cayetano Ortiz hérita d'un astado de la Cravenque qui prit deux rations de fer, rentrant fort dans le caparaçon mais sans réellement pousser. Au dernier tercio, le bicho confirma des signes de faiblesse déjà entrevus en début de combat. Le Bitterois, très volontaire, réalisa une lidia parfaitement adaptée aux conditions de son adversaire. Il tira ainsi le meilleur d'un novillo maniable mais sans grande transmission, éditant une faena appliquée et plaisante sur chaque rive. Il conclut cet ensemble par une entière jusqu'à la garde, libérant logiquement le premier trophée de ce festival. Oreille.

Pedro Carrero lidia par fuera le troisième marqué du fer de Pagès-Mailhan avant de l'envoyer contre la monture de Jean-Loup Aillet pour trois piques. Entame de bon goût du Madrilène par de soigneux doblones très ajustés. Le novillo alla de suite se révéler être un noble collaborateur, aux charges douces. Trouvant sans attendre le bon tempo à adopter, Carrero put développer une tauromachie classique, faite de tandas harmonieuses et inspirées, connectant ainsi avec le public. Malheureusement une mort par une entière caida d'effet très lent douchera l'enthousiasme des étagères, faisant s'envoler tout espoir de récompense. Ovation.

Pierre Mailhan salua le dernier par veroniques avant de lui faire administrer deux puyas. Escribano partit au quite par des caleserinas enlevées avant que l'Arlésien ne lui réponde sans attendre. Le Pagès-Mailhan, au léger côté mansito, montra de très belles dispositions lors de l'ultime tiers. Malgré une belle envie et quelques passages méritants, Pierre n'arriva pas à se hisser à la hauteur de son opposant. Mort défaillante. Silence.


Monumental de Gimeaux (13)
Dimanche 30 octobre à 15h15
2 novillos de la Cravenque (origine Urcola) et 2 de Pagès-Mailhan (origine Cesar Chico)
Lleno
Beau temps
Durée : 1h45

Cristian Escribano : Ovation
Cayetano Ortiz : Oreille
Pedro Carrero : Ovation
Pierre Mailhan : Silence après avis

Alexandre Guglielmet