Queretaro (20/01/2017) : L'épée prive les toreros de trophées...

  • Imprimer

@Daniel Daudet
@Daniel Daudet
Le premier adversaire de Joselito Adame accuse la querencia aux planches. Faena courte mais effective, que le mal maniement de l´épée laisse en un premier silence de la course.

Bon salut à la cape à son second, dont il offre la mort à Roca Rey. Le travail de muleta est le plus complet de la nocturne, avec des séries sur les deux cornes, avant de perdre tout le crédit avec un nouvel échec à la mort.
Le torero d´Aguascalientes put constater que le deuxième sobrero faisait par erreur irruption en piste à la place du troisième Barralva de son lot. La confusion passée et le toro renvoyé aux corrales, il put ensuite affronter l´exemplaire qui lui avait correspondu au sorteo, joli de type, et dont la noblesse lui permit de structurer une faena qui trouva écho sur les gradins, avant de gâcher avec les aciers ce nouvel effort.

Roca rey se présentait comme matador de toros à la Santamaría de Querétaro, mais ne trouva pas matière à concrétiser sa prédisposition à faire plaisir au public. Son premier, vite éteint et de charge courte à la muleta, ne le laissa vraiment briller qu´au préalable par un quite de tafalleras et caleserinas, avant une mise à mort en plusieurs temps.
Le colorado de la branche Atanasio qui était le deuxième de son lot, fut protesté par le public car moins costaud malgré des armures veletas et astifinas, et le sobrero qui vint à le remplacer dura peu au derniers tiers. A nouveau quelques soucis avec les aciers.
Le dernier de la course montra des signes de faiblesse à la sortie du cheval, et la faena débuté par plusieurs cambiados qui firent vibrer les tendidos ne trouva pas la continuité nécessaire pour prendre de l´envol. Estocade en deux temps et de nouveau silence.

Jacqueline Medina

 


Plaza de Toros Santa María de Queretaro
Vendredi 20 Janvier 2017
Entrée : 3/4 d'arène
Toros de Barralva, hétérogènes de jeu.

Joselito Adame: Silence, ovation et silence
Roca Rey: Silence, Silence et applaudissements


Voir le reportage photographique : Daniel Daudet et Illiana Tamayo