• 1

Magescq (05/02/2017) : Fiesta campera matinale de la journée taurine...

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Alors que la tempête soufflait à l’extérieur, c’est devant des gradins convenablement garnis que s’est déroulé le spectacle « matinal » organisé par le club taurin de Magescq avec l’aide de l’Association des comités organisateurs du Sud-ouest.

Tout d’abord trois vaches de la ganaderia de l'Astarac ont été tientées par le « gerso-mexicain » Michelito accompagné de Clément Argoux, Dorian Canton et Yon Lamothe.
La première, piquée par Alain Bonijol, abanta, est venue quatre fois au cheval au pas et en poussant. Juste de force, elle a fait preuve de noblesse à la muleta.
La seconde, piquée par Laurent Langlois, se défend plus qu’elle ne pousse au cheval à trois reprises. A la muleta, elle est noble mais manque d’alegria.
La troisième, piquée par Alain Bonijol est faible et va à menos au cheval. Elle manque de race à la muleta et met en difficulté le chef de lidia.
Il est probable que Jean Louis Darré ne conservera aucune des trois vaches.

A l’issue de la tienta, le novillero de Linxe, El Kike, a toréé et estoqué un utrero de Camponuevo offert par sa Peña. Bien présenté, le novillo est violent et désordonnée à la cape. Il prend une bonne pique (picador Laurent Langlois). Après un bon quite à la cape et un bon tercio de banderilles, le bicho, probablement insuffisamment piqué, met en difficulté par ses coups de tête le novillero. Le jeune garçon manque d’expérience et n’allonge pas suffisamment la charge d’un bicho de plus en plus réservé. On retiendra, d'une faena un peu longue, une bonne série à droite. Kike salue après une entière tombée.

Fiche Technique
Arènes de Magescq, spectacle matinal en prélude à la non piquée annuelle organisée par le club taurin local
Trois vaches de L’Astarac tientées par Michelito secondé par Clément Argoux, Dorian Canton et Yon Lamothe d’Adour Aficion et les piquero Alain Bonijol et Laurent Langlois.
Un novillo de Camponuevo pour El Kike (Salut)
Demi-entrée

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Philippe Latour