Pontonx-sur-l'Adour (25/02/2017) : Intéressantes qualifications de la Fragua 2017...

  • Imprimer

©Philippe Latour
©Philippe Latour
La Fragua organisée par Juan Leal est maintenant bien installée dans le paysage taurin français. Ce sont à nouveau les arènes couvertes de Pontonx qui accueillent la quatrième édition de ce Certamen.

La règle du jeu est simple, douze élèves d’écoles taurines affrontent chacun une vache en la parant, la menant au cheval et en la toréant à la muleta. Pour équilibrer les chances, chaque participant sort de second face à une autre vache. Les quatre meilleurs sont qualifiés pour la finale qui aura lieu ce dimanche après-midi.
Le choix côté bétail s’est porté sur la ganaderia de Miranda de Pericalvo encaste Domecq. Le ganadero peut être satisfait de son envoi. A l’exception de l’avant dernière mansa très querenciosa, les vaches ont eu un comportement intéressant au cheval avec de jolies arrancades et ont fait preuve de noblesse lors des faenas.
Côté novilleros, l’édition 2017 a été un bon cru.

Le premier a foulé la piste des arènes landaises est le portugais Joao D’Alva. La vache qui lui est attribuée montre des signes de faiblesse mais vient quand même cinq fois au cheval en venant avec vitesse. Elle se défend plus qu’elle ne pousse sous le fer. A la muleta, la vache est très noble et continuera de s'investir jusqu’au bout malgré sa faiblesse. Le jeune portugais a du mal à trouver le sitio et à conduire la charge. Il réalise quand même une bonne série à droite avant de passer le relais à Aaron Rodriguez (Tolède) qui se fera déborder par une vache qui embiste toujours.

La deuxième est attribuée à Alvaro Alarcon. Elle pousse bien lors des deux premières rencontres. Bien mise en suerte, elle prend les trois suivantes en se défendant. A la muleta, elle vient bien à droite et est compliquée à gauche. Elle met en difficulté le jeune novillero. En second intervient Ismaël Jimenez (Badajoz), plus expérimenté qui réalise trois très bonnes séries sur la meilleure corne de la vache.

La troisième vache, bizca, vient de loin avec un joli galop au cheval à trois reprises mais pousse peu. A la muleta, elle est noble. Alvaro Passalacqua (Malaga) profite de la très bonne corne droite de la vache pour réaliser de bonnes séries de derechazos. A gauche la vache permet aussi ce dont profite aussi le novillero. La Miranda plus noble que brave, est allée à menos quand le sévillan Jésus Cuesta prend les trastos. Le garçon après un début hésitant réussit une bonne dernière série.

La quatrième est une jolie colorada qui prend avec bravoure quatre piques. Elle est excellente à la muleta ce dont profite Jaime Casas. Mieux servi qu’à Arzacq le novillero est très intéressant dommage que son toreo soit un peu froid. Le bordelais Florian Carsoule (Adour Aficion) découvre la compétition. Il s’applique mais manque trop de métier face à une vache encastée et exigeante.

La cinquième est faible. Mansa, elle sort seule de ses trois rencontres avec la cavalerie. Le mexicain Juan Pedro Llaguno est un excellent capeador et un bon lidiador. Il réalise ce qui sera la meilleure faena de la matinée, améliorant la vache avec beaucoup de dominio ; En second sort Adrian Villalba qui a moins de recours, et a du mal à s’imposer face à une opposante dont les défauts ressortent.

Si les cinq premières ont été piquées par Gabin Rehabi, la sixième l’est par Alain Bonijol. Elle est abanta, sort seul des deux rencontres avec le cheval. Primitivo Lopez (Séville) a du mal à s’imposer à une vache tarda et manquant de race. Vincent Perez, sorti en second, ne peut pas tirer grand-chose d’une vache décomposée et qui cherche à rompre pour se rapprocher des tablas.

Après la pause repas, c’est au tour d’Aaron Rodriguez d’affronter une joli vache castaña qui prend quatre piques en chargeant avec un joli galop mais en sortant seul. En début de faena, la vache est noble et permet au torero d’enchainer de bonnes séries avec une certaine planta torera. La vache va à menos et pose des problèmes à Joao D’Alva sorti de second.

Ismaël Jimenez va confirmer l’excellent impression laissé lors son intervention en première partie du Certamen. Sa vache vient sept fois au cheval sans grand style, poussant peu et sortant souvent seule. Le torero de Badajoz réussira à lui tirer, avec autorité et application, de bonnes séries courtes sur les deux mains. La vache va à menos, devenant querenciosa compliquant la tâche d’Alvaro Alarcon qui n’a pas le recours de Jimenez.

Le sorteo a attribué à Florian Carsoule une vache de fort gabarit. Elle prend quatre piques sans s’investir et manque de forces quand elle arrive à la muleta. Florian l’entreprend par le haut, s’applique mais la vache transmet peu. Avec plus d’expérience Jaime Casas réussit à tirer quelques séries sur les deux cornes mais la faena reste fade compte tenu du comportement de l’animal.

La dixième vient à plusieurs reprises au cheval, de loin en poussant fort et y laisse beaucoup de forces. A la muleta, elle embiste, baissant la tête dès le toque mais elle charge au ralenti par manque de force. Malgré sa faiblesse, elle fait preuve de beaucoup de courage prenant une grande quantité de passes tout d’abord de Jésus Cuesta puis de Alvaro Passalacqua. Le second plus artiste réalisera les meilleures séries.

La onzième sera un vrai poison. Mansa, elle sort seule et sans pousser de toutes ses rencontres avec le cheval. Elle ne reste pas dans la muleta, ne se fixe pas et recherchent les planches. Adrian Villalba puis Juan Pedro Llugano passeront plus de temps à lui courir après qu’à la toréer. Heureusement que le mexicain avait pu nous montrer tout son potentiel en première partie.

L’arlésien Vincent Perez termine cette phase qualificative de la Fragua. Il touche une vache dont il n’arrivera pas à corriger les défauts qui iront en s’amplifiant. La faena va rapidement à menos et Primitivo Lopez ne pourra pas tirer grand chose d’une adversaire trop compliquée pour lui compte tenu de son manque d’expérience.

 


Fiche technique : Certamen de la Fragua
12 vaches de Miranda de Pericalvo bien présentées, avec beaucoup de moteur et de noblesse. Les meilleures sont la quatrième et la dixième pour :
Joao D’Alva, Aaron Rodriguez, Alvaro Alarcon, Ismaël Jimenez, Jésus Cuesta, Jaime Casas, Florian Carsoule, Juan Pedro Llugano, Adrian Villalba, Alvaro Passalacqua, Primitivo Lopez et Vincent Perez
Les vaches ont été piquées par Gabin Rehabi et Alain Bonijol (6 et 12)

A l’issue des délibérations du jury sont qualifiés pour la finale, ce dimanche à 16 heures, Ismaël Jimenez, Juan Pedro Llugano, Jaime Casas et Alvaro Passalacqua

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Philippe Latour

 

Photos des novillos de Miranda de Pricalvo pour La Fragua : @certamenfragua

b_400_600_0_10_images_actualites_2017_Fevrier_MdPFragua1.JPG b_400_600_0_10_images_actualites_2017_Fevrier_MdPFragua2.JPG b_400_600_0_10_images_actualites_2017_Fevrier_MdPFragua3.JPG b_400_600_0_10_images_actualites_2017_Fevrier_MdPFragua4.JPG