• 1

Fitero (12/03/2017) : Diego Urdialès et Tomas Campos triomphent...

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Ambiance de début de saison, ce dimanche, aux arènes de Fitero (Navarre) où aficionados espagnols et français, venus en masse, se retrouvaient pour une des premières corridas de la temporada. Côté toreros, il faut retrouver les automatismes et tous ne sont pas au même niveau de préparation.

Les toros sortent de l’hiver. Cela peut expliquer la faiblesse récurrente observée chez les toros d’El Pilar qui sont sortis dans les coquettes arènes navarraises. Correctement présentés pour une arène de troisième catégorie, ils ont fait preuve d’une certaine bravoure au cheval, poussant en mettant les reins malgré des piques pas toujours à leur avantage. Mais leur manque de force les a fait s’éteindre, malgré un fond de nobblesse, assez rapidement. De ce lot de quatre toros plus légers, d’un plus fait (4ème) et d’un cinquième très typé Aldanueva qui aurait pu sortir en d’autres lieux ressort l’excellent quatrième qui a permis à Urdialès de réaliser une faena de très grande qualité .

Le tambour major, léger et bizco, fléchit dès son entrée en piste. Il prend un puyazo sans vraiment pousser. Bien banderillé, il est brindé par Urdialès à Tomas Campos. Après une bonne série de doblones, le torero a du mal à trouver la bonne distance surtout à gauche où le toro se retourne vite et donne des coups de tête. Le toro vient mieux à droite, se reprend physiquement et fait de plus en plus douter le torero qui finit par être débordé en fin de faena. On mettre sur le compte de la reprise de la saison, l’estocade très basse qui conclue la faena.


Le second sera le plus faible du lot. De ce fait, il s’arrête en charge et a une corne droite « chercheuse ». Il pousse sous le fer mais tombe à la sortie du contact. Après l’avoir bien reçu avec beaucoup d’élégance à la cape, Juan Leal s’efforce en début de faena de soutenir et allonger la charge du Pilar. Le toro est noble, mais les efforts du torero sont annihilés par la faiblesse d’un animal qui finit quasi invalide. Le bicho chute au moment où le torero s’engage pour tuer et l’épée est contraire. La deuxième entrée à matar portée avec engagement, entière et en bonne place, conclue la faena.

Le troisième fait illusion à sa sortie en piste. Il pousse en mettant les reins à la première rencontre. Il prend ensuite une pique trasera à la sortie de laquelle, il perd le moral et se réfugie vers les tablas dans le terrain du toril. En début de faena, Tomas Campos le ramène vers le centre et peut donner une bonne série à gauche. Très vite, le toro se défend et le torero le laisse repartir vers le toril. Revenu en querencia, il y reste et s’éteint rapidement. La faena va à menos. Campos salue après une entière tombée.

Le quatrième, bien présenté, bien reçu à la cape par Diego Urdialès, bien piqué, pousse sous le fer. Brindé au public, le toro est noble et à une charge lente qui convient parfaitement à la tauromachie du torero. Urdialès l’embarque dans de très bonnes séries données de face, sortie vers le haut pour aider le toro à charger. Après trois très bons enchainements de naturelles, le torero se positionne de trois quarts, baisse la main et réalise deux très grandes séries à gauche. Retour de face pour terminer une faena de très bon niveau, que le torero aurait probablement aimé faire dans une arène d’une autre catégorie. Il s’engage à l’épée pour une entière efficace et coupe deux oreilles de poids. L’arrastre est applaudie.

Le cinquième est un pur Aldanueva proche des 600 Kg qui fait impression dans cette petite placita. Il prend une pique trop longue en poussant. Marco Leal salue après deux bonnes paires de banderilles (en particulier la première). Le toro a une charge courte, et manque de fond. A cours d’entraînement, Juan Leal met du temps à trouver le bon sitio pour l’obliger à s’impliquer un peu plus. Il y a parvient sur deux séries en milieu de faena mais le toro est complexe et se livre peu donc transmet peu. La faena va à menos et est conclue en deux temps

Tomas Campos a pu grâce à l’AAJT se préparer pour cette première corrida de sa temporada. Son second toro pousse en mettant les reins au cheval mais est trop et mal piqué. Le toro sort affaibli du tercio de piques. Campos l’entreprend par le haut en début de faena et réalise deux bonnes séries à droite et une à gauche Le toro et la faena baisse ensuite d’un ton et vont à menos. L’estocade entière est très efficace et porté par un public acquis à sa cause, Tomas Campos coupe deux oreilles qui lui permettent de sortir en triomphe au côté de Diego Urdialès.

Au delà de l’ambiance sympathique qui règne dans cette arène, nous avons assisté à une bonne corrida de reprise pour trois toreros qui, même si la réussite n’a pas toujours été au rendez vous, devraient tenir leur rang lors de cette temporada.

 

Fiche technique :
Arènes de Fitero (Navarre)
6 toros d’El Pilar faibles à l’exception des quatrième et cinquième pour :

Diego Urdialès : salut au tiers, deux oreilles
Juan Leal : un avis et salut au tiers, un avis et silence
Tomas Campos : salut au tiers, un avis et deux oreilles

Salut du banderillero Marco Leal au cinquième (prix du meilleur tercio de banderilles)
Le prix du meilleur puyazo est attribué au picador Manuel Burgos de la cuadrilla de Diego Urdialès
Deux tiers d’arènes
Bruine, crachin et température « frisquette »

 

Thierry Reboul

 

Voir le reportage photographique : Philippe Latour