• 1

Vergèze (02/04/2017) : La seule vuelta pour Adrien Salenc...

©ElTico
©ElTico
La météo avait décidé, une fois de plus, de jouer un vilain tour aux organisateurs de la Feria du Rhôny, la pluie tombant depuis deux jours sur la cité gardoise. Mais pour le plus grand bonheur du club taurin organisateur "Fiesta Brava" et des aficionados, le temps allait laisser quelques heures de répit pour que se déroule cette novillada clôturant l'édition 2017.

Le cartel prometteur composé de Miguel Angel Pacheco, Andrien Salenc et André Lagravère "El Galo" pouvait ainsi défier les novillos des frères Jalabert.

Le premier novillo dévolu à Miguel Angel Pacheco montra dès les premiers capotazos des légers signes de faiblesse. Face à la cavalerie, l'utrero prit deux rations de fer alors qu'une seule aurait suffi... mais la présidence en décida autrement. Au dernier tercio, les bonnes intentions du Jalabert permirent de gommer le manque de force entrevu précédemment. L' ibérique, dans un corte classique, put s'exprimer sur les deux bords montrant de belles manières mais sans que l'ensemble n'atteigne les gradins, le public restant de marbre. Il conclut par une entière suffisante après une tanda de manoletinas. Silence...
Pacheco conduisit son second exemplaire pour deux puyas, mettant les reins mais sans pousser. Au cours du tercio de banderilles, le Jalabert se blessa à la patte avant droite... Suite à cet événement gênant le novillo dans son combat, Pacheco eut le tort d'insister et de vouloir construire une faena devant un public ayant clairement décroché et demandant par les classiques "matalo" à ce que le tout soit abrégé. Silence.

Le deuxième est applaudi à son entrée en piste pour sa présentation de tête agressive. Il est distrait, andarin et a du mal à se fixer lors du tercio de piques, durant lequel il reçoit deux puyazos et deux picotazos sur le passage. Après un brindis au public, Adrien donna immédiatement le ton de son trasteo, en débutant pieds joints le long des planches, ornant le tout par une trinchera de catégorie et un changement de main très torero. Il enchaîna ensuite par une bonne série droitière où le novillo, mobile, fit observer un manque d'humiliation dans ses charges. Après une tentative infructueuse sur la corne gauche, Adrien reprit naturellement la droite pour des passages variés et plaisants, le tout sous les accords musicaux. Après avoir logé une épée atravesada, douchant les espoirs de trophée, il reprit la rapière pour une lame entière d'effet immédiat. Applaudissements.
Adrien salua le cinquième par une larga de rodillas avant de l'amener pour deux prises de châtiment. Au dernier tercio, l'utrero demanda une muleta ferme et précise pour pouvoir profiter au mieux de ses intentions. Le Nîmois trouva le bon compromis et parvint à livrer des séries de belles factures, notamment sur des naturelles très templées et allurées. La fin de combat fut moins limpide, coïncidant avec la baisse de ton du Jalabert. Vuelta après une mort en deux temps.

"El Galo" reçut le troisième par veroniques avant de se faire désarmer en fin de capoteo. Le bicho montra une belle bravoure sur les deux prises de contact avec le groupe équestre, poussant avec force la monture. Facile aux banderilles sur les deux premières paires parfaitement clouées, la pose de l'ultime fut mitigée après un quiebro al violin avorté. Face à un adversaire qui se laissait, mais avec un certains niveau d'exigence, le franco-mexicain n'a pas démérité même si le manque d'expérience put se faire parfois sentir. Volontaire, il livra une prestation majoritairement droitière qui eut énormément de mal à connecter avec les étagères. Un unique coup de verdugo après entière et pinchazo vint à bout du Jalabert. Silence.
Le Galo réceptionna le dernier de l'envoi par veroniques, chicuelinas avant un désarmé sur la serpentina de clôture. Le Jalabert, léger de force, se révéla très brave sous le fer notamment sur la première pique avant d'en recevoir une seconde (de trop), à la demande du palco. Cette fois, le tercio de banderilles fut parfaitement réalisé de la première à la dernière paire. Début de faena très décidé, au centre du ruedo les deux genoux en terre... hélas avorté sur un vol d'étoffe au second muletazo. Comme on pouvait s'y attendre, le Jalabert confirma son manque de solidité, laissant ainsi un Gallo méritoire sans possibilité de briller.


Arènes Arthur et Alfred Blatiere de Vergèze (30)
Dimanche 2 avril 2017 à 16h
Temps menaçant.
6 novillos des frères Jalabert , très bien présentés , inégaux de comportement.
Cavalerie de Philippe Heyral
2/3 d'arènes
Durée : 2h20

M.A.Pacheco : Silence / Silence
Adrien Salenc : Applaudissements / Vuelta
El Galo : Silence / Silence


À noter:
Une minute d'applaudissements fut observée en hommage à Philippe Cuillé disparu il y a quelques semaines.
El Galo se présentait en novillada piquée.
Le prix des "Areneros de fiesta brava" au meilleur novillero a été déclaré desierto.

 

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico