• 1

Nîmes (08/04/2017) : Trois oreilles symboliques pour la Classe Pratique des Rendez-Vous en terre d'Aficion...

©ElTico
©ElTico
En ce samedi après-midi de "Rendez vous en terre d'aficion" l'organisation proposait une classe pratique sans mise à mort , mettant en competencia les élèves du centre français de tauromachie et de l'école taurine d'Arles. Le tout arbitré par du bétail de la ganaderia héraultaise de Taurelle.

 

Adam Samira reçut son adversaire par un capote très alluré avant que Tristan Espigue ne parte au quite par des chicuelinas bien dessinées. Le titulaire répondit sans attendre par des chicuelinas de bonne qualité. La competencia était lancée... Après une entame par doblones, Adam prit de suite la gauche pour deux tandas bien exécutées, déclenchant ainsi la bande sonore. Face à cet animal aux charges pleine de noblesse et d'alegria, l'élève du centre français de tauromachie réalisa une faena très plaisante, faisant étalage d'un répertoire soutenu, pour le plus grand plaisir des tribunes. Il se fit rappeler à l'ordre en fin de trasteo, heureusement sans conséquence. Après le simulacre de mort, Nino sortit de second pour une série de naturelles très bien cadencées. Oreille symbolique pour Adam.

Sombrero vissé sur la tête, Tristan Espigue salua son becerro par des veroniques très soignées. S'en suivit un duel de quite par tafalleras entre Dylan et Tristan, remporté aux points par le second cité. Entame du troisième tercio par un Tristan très décidé, assis sur l'estribo, avant de conduire son opposant par doblones au centre du ruedo. Citant de loin ce bicho de bon son, l'arlésien se montra très artiste sur les deux premières séries, corps relâché, main morte opposée, parfaitement assis sur les reins. Après des passages sur la rive gauche moins concluants, il reprit logiquement la diestra pour deux tandas très a gusto avec une trinchera que ne renieraient pas les sévillans. Même si la fin fut moins fluide et quelque peu saccadée, il distilla encore quelques muletazos isolés très bien templés, notamment sur des derechazos sans ayuda. Manoletinas et simulacre pour clôturer une prestation connaissant des moments très inspirés. Oreille symbolique.
Antoine Saroul sortit de second et se montra assez convaincant.

Le plus fort de l'envoi, semblable de morphologie à un novillo de trois ans, fut accueilli par un capoteo serein de Dylan Raimbaud. A la muleta, le Taurelle se montra plus exigeant et de moindre qualité que ses frères. Dylan sembla, quant à lui, être branché sur courant alternatif. Par intermittence, il fit l'effort, parvenant à tracer quelques muletazos intéressants mais sans jamais se fâcher pour faire basculer son combat dans un niveau supérieur. Salut avec ovation.

Solalito lidia par fuera le dernier de la tarde. Un exemplaire un poil moins "fuerte" que le précédent mais tout de même très bien rempli. Echanges d'amabilités par quites enlevés et allurés entre Adam et Solalito. Au dernier tercio, le Taurelle présentait son lot de complications en demandant les papiers. Malgré son manque d'expérience, le nîmois ne démérita pas, bien au contraire. Après un début en demie teinte, où il mit du temps à trouver la bonne carburation, il parvint à base d'abnégation à faire aller son trasteo à mas. Couteau entre les dents ou plutôt dans ce cas là muleta entre les dents, il réussit à imprimer en seconde partie de combat, des séries très méritoires, pleines de détermination et de courage, allant jusqu'à l'accrochage. Oreille symbolique.


Amphithéâtre de Nîmes (30)
Samedi 8 avril à 16h

4 becerros de Taurelle, très bien présentés, supérieur le premier.
Temps estival
Belle entrée pour le type de spectacle.
Durée : 1h35


Adam Samira (C.F.T) : Oreille symbolique
Tristan Espigue (E.T.A) : Oreille symbolique
Dylan Rimbaud (E.T.A) : Salut avec ovation
Solalito (C.F.T) : Oreille symbolique

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico