Arles (17/04/2017 - tarde) : Ivan Fandiño triomphe d'une intéressante corrida de Pedraza de Yeltes...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
La dernière corrida de la Feria Pascale d'Arles s'est terminée par la sortie a hombros d'Ivan Fandiño, qui confirme son retour en grâce cette année. La note "torista" du cycle a rempli son office : Six toros de Pedraza de Yeltes charpentés, solides en général, spectaculaires sous le fer quasiment tous et dotés d'une noblesse piquante au troisième tiers pour au moins trois d'entre eux.

Le public, qui garnissait confortablement les étagères sans toutefois remplir le conclave, a demandé avec force, preuve s'il en est de sa ferveur, la vuelta al ruedo posthume pour deux exemplaires. Pétition qui ne toucha semble-t-il pas une Présidence inflexible... Dommage, au moins pour l'un d'entre eux, sorti en deuxième position, même si le mayoral de la ganaderia a salué une chaleureuse ovation à l'issue de la course.

Laurent ElTico Deloye

 


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Morenito de Aranda salua un distrait "Miralto" par un capoteo doux avant de l'envoyer deux fois contre le lancier où il rentra fort dans le peto mais sans pousser. Face à un toro avec beaucoup d'allant, malgré un léger manque de force, Morenito comprit parfaitement les besoins de ce Pedraza en le laissant bien respirer entre chaque passage. Sous les airs de musique et citant de loin son toro à chaque début de série, il profita des bonnes intentions de ce bicho pour dessiner des tandas fines et templées à souhait sur les deux bords. Il perdit hélas l'oreille qui lui tendait les bras après un vilain bajonazo. Vuelta.
"Potrillo" fut reçu très élégamment par le torero de Aranda de Duero avant de se montrer excessivement brave par trois fois sous le fer très précis et juste de José Quinta. Brindis à Jean Luc Couturier, ganadero de Valverde et Concha y Sierra. A la muleta, le toro bien que mobile manqua énormément de classe sur les trois premières séries de derechazos. Changeant de main, Morenito parvint à faire monter en flèche l'intensité de son toreo sur un piton gauche supérieur, servant, bien assis sur les reins, deux magnifiques tandas de naturelles pleines de profondeur et de toreria. Une épée fulgurante mais très basse n'empêcha pas le public de demander une oreille, accordée par les officiels.

Ivan Fandiño reçut "Burretor" par des veroniques bien cadencées conclues par une belle demie. Le toro se mit en évidence face à la cavalerie en poussant très bien sur deux rencontres parfaitement exécutées. Après une entrée en matière très satisfaisante par des muletazos, les pieds joints, en gagnant le centre, il enchaîna par deux séries de qualité sur la diestra, faisant déclencher la musique. La suite de son trasteo fut de haute facture face à un animal complet, possédant une très belle noblesse et une forte transmission. Il permit au Basque, très quieto, de pouvoir totalement s'exprimer dans une tauromachie très douce et templée, qui le fit connecter avec les étagères. Une entière très engagée suivie d'un gros coup de descabello libéra la première oreille de la tarde, le public demandant fortement la vuelta au toro, refusée par la présidence. Oreille.
"Dudanoches" a une sortie très froide, se montrant très distrait et ayant du mal à se fixer. Face au groupe équestre, il prit deux doses de châtiment en poussant convenablement la monture. Sur le premier muletazo, le Pedraza effectua une vuelta de campana qui le laissa au sol pendant de très longues secondes, nécessitant l'aide de trois peones pour le relever. L'animal, qui mit du temps à se remettre de ce fait, permit tout de même à l'espagnol de livrer une tauromachie très sereine et plaisante, majoritairement droitière, qu'il teminera par des bernardinas très serrées. Une épée jusqu'à la garde mise avec une forte détermination suivie d'un grand coup de descabello firent monter la pétition jusqu'à l'octroi d'un appendice, synonyme de sortie a hombros. Oreille.

"Mira-Bajo", dévolu à Román, fut très mal piqué par deux puyazos rectifiés à de multiples reprises. Le lancier sortit légitimement sous les sifflets nourris des tendidos. Entame très déterminée du franco-espagnol, plein centre, les deux genoux en terre pour une tanda de derechazos de belle composition après avoir dédié le combat à Juan Bautista. Hélas après quelques séries de bonne facture, le toro alla subitement a menos dans ses charges, jusqu'à perdre les mains sans pouvoir se relever seul. A partir de ce moment là, le public décrocha de la faena et fit comprendre à Roman qu'il fallait en finir. Entière rapide après pinchazo.
"Holandero" fut reçu par des veroniques vibrantes avant de connaître un tercio de piques très entretenu. Ce bicho s'élança par trois fois avec envie, de loin, s'engouffrant fort dans le caparaçon mais sans parvenir à déplacer la cavalerie. Après un brindis au conclave, le toro se montra très vite tardo et sans fond. Roman se retrouva sans moyen de s'exprimer, malgré une belle volonté affichée et quelques muletazos isolés de qualité. Mort lente en trois temps. Silence.

 

Arènes d'Arles (13)
Lundi 17 avril à 16h30
Beau temps et 2/3 d'entrée
6 toros de Pedraza de Yeltes, très bien présentés, hauts et longs, dans le type de la ganaderia. Donnant du jeu en général avec un second toro très important.
Poids : 545, 540, 575, 565, 580, 585.
Durée : 2h35


Morenito de Aranda : Vuelta / Oreille
Ivan Fandiño : Oreille après avis / Oreille
Román: Ovation avec salut / Silence après avis.


Ivan Fandiño sortit en triomphe.
Salut du mayoral à l'issue de la corrida.

Alexandre Guglielmet

 


Voir le reportage photographique : ElTico

 

Arles - Feria de Pâques - Résumé corrida lundi 17 avril 2017 from www.juan-bautista.com on Vimeo.