Bougue (07/05/2017 - matinale) : Tienta qualificative du 23ème Bolsin dominée par Manuel Diosleguarde...

  • Imprimer

©Matthieu Saubion
©Matthieu Saubion
Le club taurin Soledad organise pour la 23ème fois son Bolsin dans les arènes de Bougue. Cette compétition offre au vainqueur la possibilité non pas d’un quinquennat mais un contrat dans cinq des principales placitas du Sud-Ouest (Vic, Plaisance, Mont de Marsan Bayonne et Dax).

Petite modification cette année au processus de qualification, le jury des organisateurs de non piquées, le club taurin local et le public participent au vote, chaque collège bénéficiant d’une voix chacun.
Comme d’habitude, c’est le ganadero gersois Jean Louis Darré qui fournit les vaches de son élevage du Camino de Santiago pour la tienta qualificative.
Bien que faibles , le bétail a fait preuve de bravoure au cheval et d’un fond de caste qui lui a permis de tenir , voire d’aller à mas au troisième tiers et de permettre aux jeunes toreros de montrer leur capacité.
Dix élèves de différentes écoles françaises et espagnoles se sont succédé en piste. Ils sont sortis à tour de rôle de premier sur une vache et de second sur une autre.

Les débats sont ouverts par Andres Manuel Alcantud (Albacete). La première vache (61) est une colorada. Elle prend trois piques sans vraiment s’investir. A la muleta, elle cherche à se réfugier dans les tablas et manque de force. Le jeune torero manque de dominio et enchaine les passes avec application mais sans transmettre d’émotion.
En second sort Miguel Angel Nunez de Molina (Jerez de la Froncera) qui a du mal à s’imposer face une vache qui est devenue plus complexe.

La seconde (51) prend trois puyazos sans pousser et sans grand style. Elle est bien doublée par Nuñez de Molina. Après une bonne série à droite, le torero se fait accrocher à gauche. Sa tauromachie manque de douceur ce qui explique qu’il ait été en difficulté face à une vache noble qui est allée à mas.
En second sort Lucas Miñana (Béziers). Le garçon très longiligne a un toreo très élégant. Il enchaine deux bonnes séries à droite et à gauche profitant de la noblesse de la vache.

La troisième (63) prend cinq piques avec alegria. Très brave elle vient en accélérant au cheval et pousse en mettant les reins. Elle est placée pour la dernière rencontre dans le terrain du toril et confirme les qualités de bravoure mises en lumière lors des précédentes rencontres. Le jeune biterrois manque encore de métier et il aura du mal à se mettre au niveau d’une très bonne vache aussi noble à la muleta qu’elle a été brave au cheval. Il la torée sur le voyage et sans en tirer toutes les possibilités. En second sort Manuel Diosleguarde. Changement de décor, le garçon est à la fois un bon technicien et un fin torero. Il se met au niveau de son adversaire et sert les meilleures séries de cette tienta de qualification. .

La quatrième (44) se montre mansa lors de ses trois rencontres avec le cheval. A la muleta elle est amélioré par la très bonne main droite de Diosleguarde .A gauche la vache est moins claire. .
En second sort Dylan Rimbaud d’Arles. La vache nécessite en fin de faena, une autorité que ne possède pas encore le jeune torero. .

La cinquième(47) est abanta et manque de forces. Elle prend quatre piques en venant avec vitesse mais sans s’employer sous le fer. Dylan est obligé de la toréer à mi hauteur. Il met du temps à prendre la mesure de la vache avant de réaliser deux bonnes séries à droite et une à gauche. Le garçon est encore vert mais à un certain potentiel. .
Le contraste est saisissant avec Cristobal Ramos Martinez (Murcia) qui lui a du métier et une technique affirmée. Il prend la mesure de la vache et en peu de passes se positionne déjà comme un finaliste potentiel Il manque juste au murciego un peu de sens artistique. .

La sixième (44) est une castaña qui manque de force et de bravoure au cheval et ne prend que deux piques. Elle ne permet pas à Ramos Martinez puis Rafi de s’exprimer car elle chute à chaque série.

La septième (71) faible prend quatre piques en se défendant. Rafi a du métier, peut être trop, car il n’a pas de difficulté à imposer sa tauromachie à la vache mais cela manque d’émotion. Il réalise une des meilleures prestations de la matinée mais sans peser sur le jury et le public.
En second sort Miguel Senent Martos (Valencia) qui a de bons principes mais est encore vert et qui n’arrive pas à s’imposer face à une vache qui finit par offrir des possibilités. .

La huitième (93) prend quatre piques sans grand style. A la muleta elle est noble et répète ce dont n’arrive pas à profiter le novillero de Valencia. La vache est allée à menos quand sort en second Dorian Canton qui ne peut que montrer qu’il possède un certain bagage technique.

La neuvième (85) prend cinq piques avec style et en mettant les reins. La vache est noble et exigeante. Le jeune béarnais, comme à Mugron, va faire montre de technique mais il ne trouvera pas le déclic pour faire monter sa faena d’un cran en se croisant plus et en mettant plus d’émotion dans son trasteo. .
Borja Collado (Valencia) sort de second, laisse entrevoir des qualités mais la vache est allé à menos et offre moins de possibilités.

La dixième vache (81) humilie bien dans le capote de Collado. Elle prend quatre piques en se défendant. A la muleta, elle vient avec noblesse et répète ce dont profite le jeune torero. Malgré quelques accrochages, il construit une faena intéressante. .
Sorti en second Andres Manuel Alacantud confirme les impressions laissées face à la première vache. . .

Seront qualifiés pour la finale Manuel Diosleguarde, Cristobal Ramos Martinez et Borja Collado, dommage pour El Rafi que j’aurai bien vu intégré la terna de l’après-midi.

 

Fiche technique :
23ème Bolsin de Bougue, tienta qualificative
Dix Vaches du Camino de Santiago, la meilleure est la troisième de grande bravoure et de grande noblesse pour :

Andres Manuel Alacantud (Albacete)
Miguel Angel Nuñez del Molina (Jerez de la Froncera)
Manuel Diosleguarde (Salamanque)
Dylan Rimbaud (Arles)
Cristobal Ramos Martinez (Murcie)
El Rafi (Nîmes)
Miguel Senent Martos (Valencia)
Dorian Canton (Adour Aficion)
Borja Collado (Valencia)
Les vaches ont été piquées par Gabin Rehabi et Alain Bonijol (1 et 5), cavalerie Bonijol
Sont qualifiés Manuel Diosleguarde, Cristobal Ramos Martinez, et Borja Collado
Demi-arène avec un public très familial

 

Thierry Reboul

 

Voir le reportage photographique : Matthieu Saubion