• 1

Bougue (07/05/2017 - tarde) : Manuel Diosleguarde remporte le 23ème Bolsin...

@Matthieu Saubion
@Matthieu Saubion
Après la phase de qualification matinale, les aficionados présents se retrouvent sur les gradins des pittoresques arènes de Bougue pour la non piquée qui doit désigner le vainqueur de ce 23ème Bolsin. La compétition est organisée en deux étapes. Dans un premier temps les trois finalistes combattent chacun un eral puis les deux meilleurs ont un novillo supplémentaire pour se départager.

Après la réussite des précédentes éditions, les organisateurs ont renouvelé leur confiance à la ganaderia de José Cruz. Rafael, le ganadero, a sélectionné cinq erales, certains au physique de novillos, qui à l’exception du faible second, ont fait preuve de caste, en particulier l’excellent premier, et auraient dû permettre aux novilleros de couper des oreilles.
Malheureusement le compteur de chaque participant est resté vierge. Pourtant Manuel Diosleguarde a touché le meilleur lot, a construit deux faenas intéressantes mais il a failli avec les aciers.
Cristobal Ramos Martinez a touché un premier novillo faible et est passé à côté des possibilités de son second adversaire.
Borja Collado a montré quelques détails et de la bonne volonté face à un novillo soso qui transmettait peu.

Le premier eral est léger mais bien fait. Il est bien reçu à la cape par Manuel Diosleguarde qui réalise ensuite un excellent quite par chicuelinas et tafalleras. Brindé au public, le José Cruz est un bicho encasté qui vient de loin avec noblesse et alegria. Diosleguarde profite de ces qualités pour enchaîner des séries templées et croisées aussi bien à gauche qui pèse sur le toro. La fin de faena va malheureusement baisser de ton, le torero raccourcit trop les distances étouffant la charge du novillo qui pourtant allait à mas. Dommage que le torero se colle, lors des dernières séries, de manière disgracieuse au José Cruz une fois la tête passée. Le torero de Salamanque va perdre à l’épée, l’oreille qu’il pensait avoir gagné avec la muleta. Après une entière trasera et caîda, il doit s’y reprendre à quatre fois pour descabeller. Le torero fait une vuelta après que l’arrastre a été très applaudie.

Le second eral est reçu avec efficacité à la cape par Cristobal Ramos Martinez. Malheureusement le bicho fait une vuelta de campana dont il ne se remettra jamais totalement. A la muleta, il est faible, s’en voit pour charger. A droite le travail du torero est bien construit techniquement mais la faiblesse du novillo enlève toute émotion. A gauche, le torero est profilé. Voulant faire voir au jury ses capacités, le novillero prolonge au-delà du nécessaire la faena. Le public, qui a eu du mal à se dérider tout au long de l’après-midi, s’ennuie et ce n’est pas l’épée contraire qui le sort de sa torpeur.

Borja Collado est encore vert. Il alterne des phases brouillonnes où il se fait accrocher avec d’autres où il laisse entrevoir des qualités surtout avec la main droite. A la cape c’est Diosleguarde qui remporte le duel avec une très bon quite à la fin du premier tercio. Le début de faena par le haut manque de dominio. Les séries suivantes sont intéressantes .Mais le toro est faible et noble. Il devient vite soso et transmet peu d’émotion. Malgré ses bons moments, la faena manque d’étincelles et comme le torero s éternise, le public n’accroche pas au final. Après un pinchazo, il s’engage et se fait accrocher .pour placer 8 /10èmes de lame qui seront efficaces. Silence pour le torero et l’arrastre. Borja Collado est éliminé après ce premier tour de la finale.

Les compteurs sont remis à zéro. Les deux erales réservés à la finale sont d’un gabarit supérieur aux trois premiers et auraient pu sortir en piquée.
Le premier est bien reçu à la cape par Manuel Diosleguarde. La faena est brindée à Borja Collado. Le bicho est encasté. Le novillero enchaine des passes avec élégance mais reste en dessous des possibilités offertes par le José Cruz. Le torero ne baisse pas la main limitant artificiellement la charge de l’eral. Ce que fait Manuel est bien, élégant mais il y avait mieux à faire. Ce qui est inquiétant, c’est qu’il tue à nouveau très mal. (Trois pinchazos et une demie en arrière) Il entend deux avis. L’arrastre est applaudie alors que le novillero salue au tiers.
Le cinquième et dernier est très bien présenté. Il est noble, met bien la tête dans le capote de Cristobal Ramos Martinez. Diosleguarde réalise à nouveau un excellent quite. Brindée au ciel, la faena débute par de bons doblones et une série de derechazos plus techniques qu’artistiques. Le José Cruz est encasté et prend vite le dessus sur un torero, très décevant, qui recule à chaque sérié. Les séries à gauche et à droite sont profilées et très en dessous des possibilités du bicho. L’épée, un vilain bajonazo, ne vient pas relever le niveau d’une faena qui est allée à menos. L’arrastre est à nouveau applaudie.

Manuel Diosleguarde remporte un 23èlme Bolsin, globalement de meilleur niveau que celui de 2016. Il a laissé entrevoir des qualités à la muleta mais aussi des faiblesses à l’épée ; à suivre …….
On retiendra surtout de cette édition, c’est une nouvelle fois, la présentation et la caste des erales de la ganaderia de José Cruz. Il est fort probable que le sympathique éleveur reviendra en 2018 à Bougue. En attendant on pourra voir une novillada piquée de ce fer à Dax en septembre pour Toros y Salsa


Fiche technique :
23ème Bolsin de Bougue, novillada non piquée
Phase de qualification : 3 erales de José Cruz, excellent le premier, pour :

Manuel Diosleguarde (Salamanque) : un avis et vuelta
Cristobal Ramos Martinez (Murcia) : un avis et silence
Borja Collado (Valencia) : un avis et silence

Sont qualifiés Diosleguarde et Ramos Martinez

Finale : deux erales de José Cruz bien présentés et avec un fond de caste pour
Manuel de Diosleguarde (Salamanque) : deux avis et salut au tiers
Cristobal Ramos Martinez (Murcia) : silence

Manuel Diosleguarde remporte le 23ème Bolsin de Bougue et sera présent aux non piquées de Plaisance, Mont de Marsan, Dax, Bayonne et Vic.
Salut du ganadero à l’issue de la novillada.
7/10ème d’arène
Soleil et température agréable
A l’issue du paseo, une minute de silence a été observée en mémoire de Josete et d’un aficionado montois. 

 

Thierry Reboul

 

Voir le reportage photographique : Matthieu Saubion