• 1

Alès-en-Cévennes (27/05/2017) : Domingo Lopes Chaves coupe une oreille d'un toro de Cuillé de vuelta, vainqueur du concours de ganaderias...

©ElTico
©ElTico
Une fois de plus, la tauromachie nous aura offert une belle histoire à raconter... Cette course très spéciale, la première à Alès sans Philippe Cuillé décédé prématurément cet hiver, s'était ouverte sur des paroles très émouvantes de Didier Cabanis à l'adresse de son associé de tant d'aventures taurines.

Elle s'est terminée également dans l'émotion générale, lorsque Pierre Cuillé a remis à son cousin Laurent le trophée récompensant le meilleur toro du jour, "Penedor", n°7, né le 30/10/2012. Récompense dérisoire en regard de la de la peine consécutive à la disparition d'un proche, surtout si elle est si rapide, si injuste. Mais les gens de toros savent que les belles histoires ne s'écrivent pas par hasard et que le réconfort peut parfois prendre des formes inattendues...

Laurent ElTico Deloye


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Toro de Concha y Sierra (Escobero, n°14, 15/05/12) : Domingo Lopez Chaves salua l'astado par veroniques et chicuelinas où l'on put deviner de la soseria et un manque de force certains. Face au cheval, le Concha y Sierra fut logiquement économisé sur deux piques. Entame de dernier tiers soignée et décidée par des muletazos accoudés aux planches avant de servir une faena propre, mais qui ne décolla jamais faute à un toro dépourvu de race et d'humiliation. Entière concluante. Silence.

Toro de Blohorn (Koni, n°56, 12/11/2012) : Michelito se mit en évidence lors de la réception de son bicho par de veroniques très allurées, connectant ainsi avec les tendidos. Face à un Gabin Rehabi des grands jours, le très brave Blohorn se distingua magnifiquement sur quatre contacts, dont l'ultime à regaton. Koni montra de la bravoure, de l'allant et de la force lors de ce tercio très entretenu. Muleta en main, le franco-mexicain réalisa un début de faena plaisant, exclusivement droitier où la noblesse du Blohorn put ressortir. Le passage sur la corne gauche s'avèra non concluant, entaché de plusieurs enganchones. Hélas, lorsque Michelito reprit la droite, le toro avait compris le subterfuge, causant ainsi quelques soucis au diestro qui n'arriva plus à s'accorder avec lui. Pour ne rien arranger, il connut un échec répété aux aciers. Silence.

Toro de Jalabert (Sevillano, n°246, 20/04/2013) : L'astado montra dès le premier tercio des signaux de manque de solidité, perdant les mains à plusieurs reprises. Il rencontra le lancier pour deux puyas, prises en mettant bien les reins mais sans parvenir à déplacer la monture. Au tercio de banderilles, le pensionnaire de la Chassagne perdit le sabot droit avant que son pendant ne commence, au fil des minutes, à faire la même chose. Cet incident ne sembla pas gêner le Jalabert dans ses déplacements. Malheureusement à la muleta, le bicho confirma son manque de force et de charge ne laissant aucune chance à l'arlésien de s'exprimer. Silence.

Toro de Cuillé (Penedor, n°7, 30/10/2012) : Le Cuillé fit frémir les gradins lors de sa première prise de châtiment en renversant facilement la cavalerie. Sur les deux autres piques reçues, le bicho se montra également très brave. Dommage qu'il hérita d'un piquero très maladroit et d'une lidia très décousue. Après un début à droite en demi-teinte, le torero de Ledesma réussit sur une très belle série gauchère à prendre la pleine mesure de ce Cuillé exigeant mais très intéressant. De retour à droite et sous les airs musicaux, il put enchaîner des passages liés de belle facture, se mettant ainsi le public en poche. Il paracheva son combat d'un trois quart de lame sin puntilla, libérant la première oreille de la tarde. Un mouchoir bleu fut également sorti, synonyme de vuelta posthume pour cet exemplaire du regretté Philippe Cuillé.

Toro de Pagès-Mailhan (Aguariteo, n°384, 13/05/2013) : Le toro, piqué par trois fois, rentra très fort dans le peto du cavalier mais sans vraiment pousser le groupe équestre. Michelito mit du temps à faire monter l'intensité de son combat face à ce toro maniable mais sans grande transmission. Petit à petit, il réussit à extraire de son voile des bons échanges mais sans que cela ne prenne le relief espéré. Trois quart de lame suffisant. Silence.

Toro de Camino de Santiago (Tafallero, n°31, 15/04/2013) : Le dernier toro de la tarde, appartenant à Jean Louis Darré, rencontra la lance de Nicolas Bertoli pour trois piques où il mit bien les reins. A l'ultime tercio, le toro se montra vite dangereux, jouant des pitons lors des échanges. Juan Leal qui se fit enlever sans conséquence, parvint à voler quelques muletazos isolés très valeureux avant un final par des redondos rapprochés, faisant ainsi monter l'intensité sur les gradins. Une mort longue en deux temps lui ota tout espoir de trophée. Silence après avis.

 

Arènes du Temperas à Alès (30)
Samedi 27 mai à 17h
Corrida Concours de six ganaderias : Concha y Sierra, Blohorn, Jalabert, Cuillé, Pagès-Mailhan et Camino de Santiago.
Cavalerie Alain Bonijol
2/3 d'arènes
Temps Estival
Durée : 2h40

Domingo Lopez Chaves : Silence / Oreille
Michelito : Silence / Silence
Juan Leal : Silence / Silence après avis

Le prix du meilleur toro a été décerné à Penedor de Philippe Cuillé
Domingo Lopes Chaves fut désigné meilleur torero.
Gabin Rehabi, désigné meilleur picador de la tarde, salua le ciel à l'issue de sa prestation en hommage à Philippe Cuillé.
Un émouvant discours en hommage au regretté Philippe Cuillé, lu par Didier Cabanis, fut suivi d'une minute d'applaudissements.

Alexandre Guglielmet

 

Voir le reportage photographique : ElTico