• 1

Alès-en-Cévennes (28/05/2017 - tarde) : Oreilles pour Sanchez Vara et Octavio Chacon...

©ElTico
©ElTico
L'appel de la Méditerranée ou d'autres rivages plus ombragés en ce caniculaire dimanche de l'Ascension, n'avait point empêché les arènes du Tempéras d'afficher une très bellle entrée, ce qui fut la première bonne nouvelle du jour.

Pour le reste, les deux premiers toros de la Ganaderia du Cura de Valverde nous ont fait un temps penser que nous allions assister à une tarde importante... Hélas, la suite ne fut pas du même tonneau et nous dûmes nous contenter de la très bonne impression laissée par ces deux exemplaires. Côté piétons, Sanchez Vara, après son triomphe mitigé de Vauvert face à de décevants Prieto de la Cal, a démontré qu'il restait un incontournable de ce genre de confrontation améliorant les charges de son exigeant premier sur la corne gauche pour aller cueillir la première oreille, puis se risquant à un culotté recibir très lointain pour tenter d'aller arracher la deuxième à l'issue de son combat face au quatrième, malheureusement sans succès.
Octavio Chacon s'est une nouvelle fois montré à son avantage dans notre Sud-Est. Seul un Valverde sans transmission sorti en cinquième position, vint ternir la très belle impression générale laissée par le torero Andalou.
Quant à Alberto Lamelas, qui reçut une belle ovation qui l'obligea à venir saluer avant son premier combat, il ne parut guère à son aise en cette dernière de Feria. Sa volonté ne suffit pas à faire franchir la barre à deux prestations bien moyennes, face à deux adversaires il est vrai bien moyens...

Laurent ElTico Deloye


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Le premier Valverde freina sèchement dans le capote de réception de Sanchez Vara. "Gastador" se mit en valeur lors de trois rencontres intenses, développant une belle bravoure et une grande force pour pousser sur de nombreux mètres la monture. Au second tercio, Sanchez Vara écouta une chaleureuse ovation après avoir posé les palos, dont la dernière paire al violin. Brindis à la veuve de Philippe Cuillé. Le natif de Guadalajara comprit vite que le Valverde était nettement plus toréable à gauche, la corne droite se révélant moins accueillante. Sous la musique, Sanchez Vara livra une prestation majoritairement gauchère de qualité, enchaînant des séries de naturelles bien dessinées et rythmées. Une entière, un poil trasera mais d'effet fulgurant, fit tomber du palco un trophée. Oreille.
Le quatrième ne se montra guère investi contre le caparaçon du groupe équestre. Malgré trois piques reçues, le Valverde passa le plus clair de son temps à faire tinter les étriers qu'à pousser le cheval. Au second tercio, Sanchez Vara cloua les bâtonnets avec moins de réussite que lors de son premier combat. L'astado se révéla intéressant au dernier tercio, malgré une once de violence palpable dans ses embestidas. Sanchez Vara imprima une prestation propre mais qui ne toucha jamais le public, avant de loger au second envoi une entière très basse, au milieu du dos... Silence.

Le second dévolu à Octavio Chacon se montra très réservé et réfléchi lorsque le capote se présentait à lui. Il fut châtié par deux fois, montrant de la force à chaque contact mais ne poussant que sur la pique initiale. A la muleta, le Valverde se montra sauvage, rentrant fort dans la muleta, avec son lot d'exigeance, mais se laissant lorsque les choses étaient bien faites. Comprenant parfaitement le sitio à adopter, le torero de Prado del Rey édita une faena qui monta en intensité au fil des séries. Très appliqué et volontaire, Octavio Chacon put conquérir la plaza alésienne par une tauromachie sereine, technique et toute en rondeur. Et c'est en toute légitimité qu'il put promener une oreille après une lame jusqu'à la garde. Oreille.
Le cinquième du lot, sorti avec une plaie ouverte sur le flanc droit, fut salué dès sa sortie en piste par le capoteo fleuri d'Octavio Chacon et prit deux puyas mal données. Après un brindis à Didier Cabanis, le diestro tomba sur un Valverde sans grandes conditions, chargeant sans aucune transmission dans le leurre. L'espagnol fit le boulot et tira le maximum de son bicho par des muletazos méritoires mais sans parvenir à faire monter l'intensité de son combat. Mort par une entière tendida d'effet long. Silence.

Alberto Lamelas accueillit son toro par veroniques avant de le conduire pour deux prises de châtiments sans histoire. Brindis à la veuve de Philippe Cuillé. Au troisième tercio, face à cet animal violent et manquant d'humiliation dans ses charges, Lamelas connut dix minutes compliquées. Malgré une volonté affichée, il laissa une impression très mitigée, subissant notamment de nombreux enganchones tout au long de son trasteo. Entière légèrement caida efficace. Silence.
Le dernier de la feria s'engouffra fortement dans le peto par deux fois, mettant les reins mais sans faire réellement bouger la cavalerie. Second tercio désastreux de la cuadrilla de Lamelas avant qu'il ne brinde son combat aux étagères. A la muleta, l'espagnol se montra plus appliqué que lors de sa première prestation, mais n'eut matière à s'exprimer devant un astado au danger sourd et cherchant refuge aux planches en milieu de trasteo. Échecs répétés à l'épée par manque d'engagement, avant une multitude de descabellos. Silence.

 

Arènes du Temperas à Alès (30)
Dimanche 28 mai à 17h
6 toros de Valverde, très bien présentés et inégaux de comportement.
9/10ème d'arène
14 rencontres avec la cavalerie d'Alain Bonijol
Temps Estival
Durée : 2h45

F.J Sanchez Vara : Oreille / Silence
Octavio Chacon : Oreille / Silence
Alberto Lamelas : Silence / Silence


Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico