• 1

Nîmes (03/06/2017 - matinale) : A Andy Younes la 56ème Cape d'Or...

@ElTico
@ElTico
Le novillero arlésien Andy Younes s'est vu attribuer la 56ème Cape d'Or remise traditionnellement par la Peña Antonio Ordoñez de Nîmes, après avoir coupé les deux oreilles de son second novillo de Zacarias Moreno et s'être montré nettement au dessus des conditions de son bon premier, malheureusement faible.

Dans l'ensemble, les utreros de cet élevage madrilène, inédit en France, ont fait montre de beaucoup de qualités, la majorité des exemplaires s'avérant malheureusement faible.
Encore récemment protégé de Palomo Linares, décédé au printemps dernier, Alejandro Gardel lui a brindé un vibrant hommage avant son combat face à l'excellent troisième. Accroché en cours de faena et peut-être pris par l'émotion, le jeune novillero a semblé plus en retrait lors de la deuxième partie de son travail de muleta, alors que le novillo en demandait semble-t-il toujours plus, ce qui lui vaudra la vueta al ruedo posthume.
Quant à Carlos Ochoa, il aura passé une matinée nîmoise sans peine ni gloire, peu aidé en celà il est vrai par ses deux adversaires.
C'est donc un torero français qui remporte la Cape d'Or, la deuxième pour Andy Younes, Trophée dont Nimeño II fut en son temps lauréat alors que nous fêtons le quarantième anniversaire de son alternative. Puissent tous les français engagés dans cette Feria connaître la même réussite...

Laurent ElTico Deloye

 

La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Le premier de l'envoi sortit très doux dans le capote de salida d'Andy Younes avant de subir une vuelta de campana lors de la mise en suerte au cheval. L'utrero reçut deux picotazos légitimes, l'arlésien souhaitant préserver un bicho se déclarant juste de force au fil des minutes. A la muleta, l'utrero confirma son manque de force, perdant les mains à chaque série. Andy en mode infirmier réussit à tirer quelques passages volontaires et méritoires, qui trouvèrent échos sur les deux ultimes séries, mais trop peu pour créer un réel engouement dans les tribunes. Il logea une entière tombée d'effet très rapide et écouta une ovation à l'issue de sa prestation.
Andy se mit en évidence lors de la réception du quatrième, tout d'abord par veroniques avant d'enchaîner par des calecerinas très allurées. Au tercio de varas, le Zacarias Moreno prit deux rations de fer, se montrant bravito malgré une tendance à se balader dans le ruedo. Face à un exemplaire donnant du jeu, Andy débuta tambour battant par un cambio plein centre suivi de muletazos très intenses. Citant de loin à chaque entame de série, l'arlésien, sous la musique, réussit à toucher le public par une tauromachie plaisante, rythmée et variée. En fin de combat, il ira chercher les derniers passages dans ce périmètre restreint qu'il affectionne tant, servant molinettes, circulaires, martinetes, passes dans le dos, pechos... Il conclut cet ensemble par bernardinas avant de tuer d'une lame tendida concluante. Deux oreilles protestées par une partie du public.

Carlos Ochoa salua un novillo faiblard par un capoteo heurté. Le Zacarias Moreno rentra franchement dans le peto mais ses capacités physiques l'empêcherent de pousser le groupe équestre. Le madrilène réalisa une lidia adaptée aux conditions limitées du novillo mais ne put jamais faire monter en intensité un combat qui s'avéra au final longuet. Il tua d'une entière sin puntilla après deux pinchazos très engagés. Ovation avec salut après avis.
Carlos Ochoa réceptionna le cinquième par larga de rodillas avant un capoteo sans grande consistance. Lidia au tiers de piques très superficielle, laissant le novillo aller seul au cheval ou se promener entre les deux montures. Face à un novillo manquant de fond et de transmission, le madrilène édita une prestation sans relief, se faisant souvent toucher le voile. 3/4 de lame de résultat long. Silence.

Le troisième dévolu à Alejandro Gardel se comporta en brave, renversant la cavalerie sur ses deux rencontres face au lancier. L'ancien pensionnaire de l'école taurine Marcial Lalanda écouta les premiers olés appuyés après une tanda de doblones très a gusto. A l'issue d'une première série droitière de qualité, Alejandro se fit accrocher suite à une glissade, un banderillero souhaitant lui enlever le bicho connut le même sort, heureusement sans conséquences pour les deux. Bénéficiant de la noblesse et de l'alegria de ce bel exemplaire, l'espagnol put servir une faena très plaisante. Laissant parfaitement courir la main et bien assis sur les reins, il put tracer de longues séries très templées et ajustées, connectant ainsi avec un public conquis. Seul point noir de sa prestation, une épée caida qui vint clôturer cet ensemble de belle facture. Oreille et vuelta posthume au novillo.
Le sixième prit deux piques sans grande histoire avant qu'Alejandro ne dédie son combat aux étagères. Devant cet animal juste en solidité et en conditions, l'espagnol ne parvint jamais à inverser la tendance et à faire décoller son trasteo. Silence après une mort en trois temps.

 

Arènes de Nîmes (30)
Samedi 3 juin à 11h30
56ème Novillada de la Cape d'Or
6 novillos de Zacarias Moreno (Madrid)
Poids :467, 481, 464, 463, 461, 461.
12 rencontres avec la cavalerie de Philippe Heyral
1/4 d'arène.
Temps mitigé
Durée : 2h25

Andy Younes : Ovation avec salut / Deux oreilles
Carlos Ochoa : Ovation avec salut après avis / Silence
Alejandro Gardel : Oreille / Silence

Le trophée de la 56ème cape d'or a été décerné à Andy Younes.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico