• 1

Nîmes (03/06/2017 - tarde) : Lopez Simon a hombros sous la pluie...

©ElTico
©ElTico
Si c'est Lopez Simon qui est sorti en triomphe par la porte des cuadrillas des arènes de Nîmes, c'est bien El Juli qui a impacté la tarde sous le déluge, par son insolente facilité et sa domination sans partage d'un bon Domingo Hernandez sorti en deuxième position.

Seule une mort un peu laborieuse et un puntillero qui relève l'astado, ont terni une prestation clôturée sous les "torero, torero" d'un public trempé, mais manifestement subjugué par la prestation du Madrilène.
On attendait beaucoup de Curro Diaz dans ce contexte et malheureusement, il ne fut guère favorisé par le sorteo avec deux adversaires peu favorables au triomphe. Mais quels détails fabuleux dans la tauromachie du Linarense...
Le tirage au sort fut en revanche assez favorable à Lopez Simon. A titre personnel, j'aurai bien aimé voir l'ultime de la tarde entre les mains de Curro Diaz...

Laurent ElTico Deloye

 

La chronique d'Alexandre Guglielmet :

"Bicharraco" se montra fuyant dans le capoteo de réception de Curro Diaz mais également lors d'un tercio de piques où il n'arriva jamais à être fixé, que ça soit par le torero ou par la cuadrilla. Il prit trois piques très brèves, sortant seul du peto. Face à un exemplaire vite éteint, le torero de Linares eut le temps de laisser sur la piste des passages au cachet artistique très élevé, mais sans jamais pouvoir lier, ni faire prendre de l'ampleur à son trasteo. Une entière basse vint clôturer cette prestation où la pluie commenca à tomber très fortement. Silence.
"Pasion" ira rencontrer par deux fois le groupe équestre, affichant surtout un manque de solidité. Face à un adversaire maniable mais sans transmission, Curro, à base d'abnégation, réussit à construire un trasteo appliqué, dessinant par moments des naturelles exquises en profondeur. Mais trop peu d'intensité dans les embestidas de l'astado pour faire décoller l'ensemble. Mort en trois assauts. Ovation avec salut après avis.

El Juli salua "Remador" par de vibrantes veroniques avant de le conduire à la cavalerie pour deux légères piques. Le Juli entrecoupa le tercio par un magnifique quite par chicuelinas, main basse. Début de faena tonitruant de l'espagnol par des doblones très stylés, genoux en terre, déclenchant instantanément la musique. Sous une pluie battante et un public surchauffé, le Madrilène instrumentalisa une faena complète où il fit parler son pouvoir pour extraire de longues tandas très intenses et variées. Il fit littéralement chavirer le public en fin de trasteo lors d'une série de derechazos templés à merveille, main basse, de très haute facture. Il tua d'un mete y saca avant une entière d'effet très lent. Oreille.
El Juli réceptionna "Dorador" par des veroniques pieds joints du plus bel effet, ponctuant par un remate à une main. Le toro marqué du fer de Garcigrande prit deux légères piqûres face au lancier, le diestro souhaitant certainement l'économiser. Sur les premiers échanges, le bicho perdit les mains à deux reprises, laissant présager rien de bon. Cela se confirma sur les séries suivantes, l'animal se révélant très fade. Le Juli fit l'effort pour extirper tout ce qu'il pouvait de ce toro non compatible avec le triomphe. Entière sin puntilla. Applaudissements.

"Tripulante" est mal piqué par deux fois, accusant également une vuelta de campana. Lopez Simon mit de suite de l'intensité dans sa faena, débutant à genoux plein centre, pour dessiner cinq muletazos de catégorie. Même si la suite fut intéressante et agréable avec notamment quelques tandas droitières relâchées, le manque de force et de classe du bicho vinrent ternir cet ensemble qui alla a menos. Il terminera sa prestation par les traditionnels redondos dont une grande partie du public semble friand, avant de tuer d'une lame caida. Oreille.
"Boticarillo" se comportera en brave sur une première rencontre où il poussa le cheval avec force avant une seconde beaucoup plus mesurée. A la muleta, le torero de Barajas put bénéficier des charges pleines de noblesse et de classe pour s'exprimer et dessiner un trasteo de haute qualité, très majoritairement droitier, conclu par des luquecinas et redondos finissant de conquérir le public. Il logea une entière basse d'effet très lent libérant une oreille du palco présidentiel. Oreille.


Arènes de Nîmes (30)
Samedi 3 juin à 18h
5 toros de Domingo Hernandez et Garcigrande (5ème)
Poids : 531, 518, 529, 519, 518, 538.
13 rencontres avec la cavalerie de Philippe Heyral
Temps pluvieux
Quasi plein.
Durée : 2h30

Curro Diaz : Silence / Ovation avec Salut
El Juli : Oreille après avis / Legers applaudissements
Lopez Simon : Oreille / Oreille après avis

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico