• 1

Vic-Fezensac (03/06/2017 - tarde) : Première oreille vicoise pour Octavio Chacon...

©Philippe Latour
©Philippe Latour
La météo a bien voulu protéger la première corrida vicoise. Très attendue après l’excellente novillada de l’an passé, la corrida de Dolores Aguirre, sans atteindre les sommets, a donné satisfaction aux spectateurs présents sur les gradins vicois.

Bien présentés, sans excès, certains dans le type Atanasio, d’autres non, ils ont fait preuve de noblesse pour la plupart d’entre eux. Sont ressortis du lot les deuxième, troisième et cinquième. Seul le dernier a fait preuve de mansedumbre.

Le premier, peu typé Atanasio, donne l’illusion d’être noble à sa sortie en piste. Mal mis en suerte, il prend trois piques sans pousser. Paulita a été blessé au campo la semaine dernière. Manifestement il n’est pas remis de sa blessure. Manquant totalement de confiance, il est resté très distant et n’a jamais pesé sur le toro. L’animal manque de race, tardo il ne livre pas dans la muleta. Il en résulte une faena insipide que le torero abrège en tuant d’un vilain bajonazo prudent. Silence pour Paulita et sifflets pour l’arrastre.
Le quatrième n’a pas été pour le torero de Saragosse, l’occasion d’un quelconque rachat. Le Dolorès très mal piqué pousse sans conviction lors de ses deux premières rencontres avec le cheval. La troisième, après une vraie mise en suerte d’Octavio Chacon n’a n’est pas été plus convaincante. Le toro a peu de charge. Il est gazapon et met la tête sans grande envie dans la muleta d’un Paulita peu motivé. Le public s’ennuie et le fait savoir. Le torero cherche à faire croire que le toro est le seul responsable du peu d’intérêt de la faena. Sifflets pour le torero après une demi-épée prudente et basse.

Octavio Chacon, traverse une bonne période. Après des prestations intéressantes, en particulier à Saint Martin de Crau, il a fait une excellente impression au public vicois.
Le second Dolorès humilie dès les premières passes de capes du torero de Prado del Rey. Chacon le met en suerte avec une efficacité pour une première pique que le toro prend avec bravoure. Il vient ensuite trois fois au cheval partant de loin et est magistralement piqué par Esquivel. La musique joue et le piquero sort sous l’ovation. Après avoir brindé la faena à Ruiz Miguel, Le torero cite de loin le toro pour trois séries très templées et plutôt sincères ; dont une a gauche remarquable. Malheureusement le Dolorès qui s’est beaucoup donné depuis sa sortie en piste baisse rapidement de ton et la faena va à menos. Le torero coupe une oreille après une entière en place, mouchoir bleu pour le toro pour récompenser son comportement à la pique.
Le cinquième est un toro chorreado, robe surprenante pour un Dolorès. Il est boiteux. Malgré cela, il pousse bien lors de ses deux rencontres avec le cheval. A la muleta, le torero met du temps à venir sur la corne gauche qui est la meilleure du toro. Les séries de naturelles sont de qualité mais connectent peu avec le public car le toro est soso et manque de transmission. Chacon salue au tiers après une mise à mort en quatre temps.

Le troisième bien présenté est dans le type Atanasio. Après une larga de rodillas risquée, Alberto Lamelas, qui est, à Vic, dans son jardin commet l’erreur de placer le toro loin du cheval pour la première pique. Après avoir été remis en suerte, il prend deux bonnes piques en poussant et obtenant une chute à la première. A la muleta, le toro se révèle moins compliqué que son comportement à la cape pouvait le laisser craindre. Lamelas réalise avec ses moyens techniques et son grand courage de très bonnes séries des deux mains profitant de la noblesse du bicho. En fin de faena, le torero « chouchou » de Vic réalise une très belle série à gauche. Tout est prêt pour une triomphe, malheureusement Lamelas tue très mal et doit se contenter d’un salut au tiers. L’arrastre est applaudie.
Le sixième sera le manso du jour. Mal piqué, il sort seul de la première rencontre, pousse bien à la seconde et sort seul de la troisième. Le toro est brusque, il charge avec violence. Le torero arrache quelques séries de passes avant de jouer la carte de l’émotion. Alberto Lamelas, qui a déjà la tête à Madrid, tue très mal.


Fiche technique
Arènes de Vic, première corrida de la Féria 2017
6 toros de Dolorès Aguirre bien présentés, brave le second, nobles les troisième et cinquième pour :

Paulita : silence, sifflets
Octavio Chacon : une oreille, salut au tiers
Alberto Lamelas : un avis et salut au tiers, un avis et silence

Dix huit piques dont une chute, cavalerie Bonijol
Vuelta au second
Présidence Bernard Sicet
Deux tiers d’arène
Crachin intermittent

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Philippe Latour