• 1

Vic-Fezensac (04/06/2017 - matinale ) : Corrida Concours mouvementée...

©Philippe Latour
©Philippe Latour
La corrida concours de Vic est un des moments forts de la temporada française. Celle de cette année si elle n’a pas atteint les sommets, ouvrira la porte à bien des polémiques.

La plus importante, et elle s’ajoute à des situations semblables rencontrées y compris à Nîmes est celle de l’octroi de la première oreille. Le règlement est clair, elle se fait si la majorité des spectateurs la demande. Ce matin le public la réclame pour Domingo Lopez Chaves suite à une faena très professionnelle face à un intéressant toro de Miura et une estocade très rapide d’effet. Le problème est que l’épée est un vilain bajonazo. Le public réclame le trophée pour la faena et l’efficacité de la mise à mort, la présidence la refuse parce qu’il y a bajonazo. Chacun campe sur ses positions malgré bronca et « noms d’oiseaux ». Comme l’autorité fait force de loi, le toro quitte le ruedo avec ses deux appendices auriculaires.
Sans être jésuite ou normand, ni la vox populi, ni la vox dei n’ont raison dans cette affaire.
Même si cela est difficile à admettre, si la pétition est majoritaire, l’oreille doit être accordée.
Par contre le public a tort de demander une récompense à l’issue d’une faena honnête mais conclue volontairement ou pas par une bajonazo. La vraie solution réside en l’éducation du public pour faire en sorte, puisqu’il est décisionnaire qu’il le fasse en toute connaissance de cause, mais il y a encore du travail pour y parvenir.
Par contre le petit jeu de certains qui consiste à huer le président de course à chaque annonce précédant la sortie de chaque toro relève d’un manque total d’éducation. Une arène n’est pas un stade de foot……………..La relation public / présidence ne doit pas devenir un exutoire à la frustration ou à l’aversion de l’autorité qui habitent tout un chacun.
Ceci dit le concours 2017 sera de celles que l’on oublie.

Elle avait pourtant bien commencé avec un Miura intéressant .Dommage que ce toro, bien présenté, ait été juste de forces. Il prend quatre piques. Il pousse à la première en restant collé au cheval. Placé de plus en plus loin, il en prend trois autres, plus légères, en mettant les reins. Ce tercio, bien géré par Lopez Chaves a mis en évidence la bravoure du Miura. La faena est brindée au public. Le toro est noble au début. Lopez Chaves le met bien en évidence. Il y a du bon et du moins bon dans la prestation du torero de Ledesma. Du bon avec un placement au plus près du toro et deux premières séries droites où le toro met bien la tête dans la muleta. Du moins bons avec des passes non terminées, où le torero s’envoie le toro dessus et lui apprend quelques mauvaises manières. De ce fait le toro devient compliqué en fin de faena et c’est le tréméndisme qui prend le dessus sur la toreria. L’épée entière est rapide d’effet mais elle mal placée d’où refus d’oreille, polémique et double vuelta. L’arrastre est applaudie.
Le second est un joli toro du Curé de Valverde, très bien armée .Ce sont là ses seules qualités Il prend trois piques en tardant à venir, sans pousser et en sortant seul. A la muleta, il est tardo, s’arrête à mi passe. A gauche, il pense surtout à rompre le combat. A force d’opiniâtreté, Morenito de Aranda arrive à lui tirer une série et puis c’est tout. Nouveau bajonazo, mais cette fois il faut recourir au descabello et le public ne réclame pas d’oreille.

Michelito est chez lui et est très attendu. Le Cuadri qui sort en troisième est peu armé et ses cormes sont abimées. Le toro est mollasson. Face à un mauvais piquero, il est quelconque et manso à la pique, aucune des trois rencontres n’est digne d’une corrida concours. Seul moment intéressant aux banderilles avec deux très bonnes paires de Felipe Peña qui salue. A la muleta, le toro n’a ni race, ni poder. La mise à mort n’élève pas le débat, silence pour le torero et sifflet pour le toro.

Sort en quatrième un Oliveira Irmaos bien présenté. Le toro est fuyard. Mal mis en suerte, il prend une première pique en poussant. Il est ensuite impossible de le fixer pour une rencontre suivante. Il vient deux fois le long des planches au cheval, le piquero ne met pas le palo. Aguilar décide de faire changer de terrain le cheval. Le cavalier au toril et le toro à l’opposé. Le portugais part et prend une grosse pique en poussant. Retour dans les terrains normaux pour une dernière rencontre. Ce tercio de piques atypique mériterait d’être analysé à froid ………….. Au troisième tiers, le toro a un comportement de manso imprévisible. Avec professionnalisme Lopez Chaves tente, en vain, de le faire passer en le changeant de terrain, Il finit par le tuer avec un quasi entière en place. L’arrastre est sifflée et Lopez Chaves salue au centre.

En cinquième sort un Valdellan, joliment présenté et qui met la tête dans la cape de Morenito de Aranda. Mal piqué, il prend quatre puyazos sans pousser et en sortant seul. A la muleta, le toro est noble et sans race et surtout sans vice. Après l’avoir bien doublé, Morenito enchaine une bonne série à droite. La suite ira à menos par la faute d’un torero peu motivé et peu inspiré. Le Valdellan n’est pas un toro de concours mais il était disposé à laisser ses oreilles entre les mains de son tmatador. Deux bajonazos plus loin, le torero rejoint le callejon sous les sifflets.

Sort en dernier lieu un superbe toro de Los Maños. Dès sa sortie en piste, il se pose en patron, mettant en difficulté un Michelito qui ne sait pas comment lui imposer sa volonté. Il est piqué par Gabin Rehabi. Le toro vient au pas et pousse timidement lors de la première rencontre. Sur les trois suivantes, il est tardo, vient de loin et pousse bien. Le piquero tient bien le contact après avoir été obligé de rectifier à chaque fois la position du palo, salut du cavalier arlésien. Nouveau très bon tercio de banderilles de Felipe Peña qui salue. Commence alors un calvaire pour Michelito ; Le jeune torero n’a ni les compétences, ni le métier pour s’imposer face à un toro aussi complexe er encasté. Dépassé, il n’arrive pas à donner une passe digne de ce nom. La mise à mort est très laborieuse. Bronca pour le torero et vuelta pour le Los Maños difficile à comprendre car l’absence de faena empêche de se faire une idée sur la valeur réelle du toro hors tercio de piques.

Les prix attribués lors de cette corrida concours seront connus ultérieurement après dépouillement des votes du public.

Fiche technique :
Arènes de Vic, corrida concours de la Féria 2017
Miura, quatre piques, applaudis à l’arrastre, pour Lopez Chaves, double vuelta après pétition
Curé de Valverde, trois piques, sifflets à l’arrastre pour Morenito de Aranda, silence
Cuadri, trois piques, sifflets à l’arrastre pour Michelito silence
Oliveira Irmaos, trois piques, sifflets à l’arrastre pour Lopez Chaves, salut au centre
Valdellan, quatre piques, silence pour l’arrastre pour Morenito de Aranda, quelques sifflets
Los Maños, quatre piques, ovation au picador Gabin Rehabi, vuelta au toro pour Michelito, bronca
Cavalerie Bonijol
Président : Marc Amestoy
8/10 ème d’arène
Météo tristounette
Annonce des prix , mardi, après dépouillement des votes du public.

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Philippe Latour