• 1

Céret (15/07/2017 - tarde) : Sánchez Vara, unique vuelta d'une dure corrida de Saltillo...

©ElTico
©ElTico
C'est peu dire que d'affirmer que les toros de Saltillo combattus ce samedi soir à Céret ont chèrement vendu leur peau. Très bien présentés, forts, lourds et supérieurement armés, ils ont tous présenté leurs lots de difficultés et ont fait vivre près de trois heures d'angoisse aux aficionados qui remplissaient quasiment complètement le coso cérétan.

Le premier prend quatre piques à charge de Gabin Rehabi, qui va d'ailleurs se blesser à l'épaule lors de la dernière rencontre, en développant de la violence, caractéristique qu'il gardera lors de la faena de muleta. Sánchez Vara, avec beaucoup de métier, arrivera à lui voler quelques séries méritoires, majoritairement à droite, avant une estocade basse et contraire au deuxième essai.
Le quatrième s'esquinte, comme l'exemplaire précédent, le piton gauche contre un burladero puis est mal piqué sur trois rencontres. Après une première série pleine d'espérance, le toro se décompose brutalement, se défendant sur place. Une grande entière engagée déclenche une pétition d'oreille non suivie d'effet.

Le deuxième est auteur d'une salida spectaculaire mais va se briser la pointe d'un piton contre un burladero, semer la panique en piste et prendre trois piques avant d'être changé… Le deuxième bis est un Héritier de Christophe Yonnet qui prend trois piques et se révèle compliqué dès l'entame de faena. Pérez Mota est rapidement accroché. Apparemment blessé au niveau du cou, il est évacué vers l'infirmerie. Sánchez Vara couche le Saltillo d'un bajonazo.
Le cinquième prend trois piques lors desquelles il s'emploie, faisant spectaculairement chuter le groupe équestre sur la première. À la demande pressante du public, la quatrième n'aura pas lieu contre l'entêtement du Président. À la muleta, le toro est tardo, compliqué à droite et impossible à gauche. Mort en deux épées et descabello.

Le troisième se brise également la pointe du piton droit sur un remate. Il ne sera pas changé… Trois belles rencontres. Cet exemplaire violent, sans humilier n'accepte que des séries de deux muletazos et sur le piton droit uniquement. Gomez del Pilar s'en défait d'une demie lame au deuxième essai suivie de quelques descabellos. Avis et silence.
Le sixième ne supporte pas la morsure du fer. Il va pendre une douzaine de refilons, poursuivi par son picador sur les trois quarts de la circonférence de la piste dans une cohue indescriptible… le Tercio de banderilles manquera d'être dramatique, les arènes de Céret ressemblant à cet instant plus à un champ de bataille, dans la débâcle. Lors de l'angoissant face à face faisant office de faena de muleta, Gomez del Pilar arrachera quelques muletazos isolés méritoires avant une estocade tendida et un descabello.


Plaza de toros de Céret.
Samedi 15 juillet 2017, tarde
Troisième de Céret de Toros 2017
Entrée : Quasi plein
Toros de Saltillo, les quatrième et sixième marqués du fer de Moreno Silva, très bien présentés, très armés, durs et compliqués en général et un sobrero des Héritiers de Christophe Yonnet (2ème bis), compliqué, pour :

Sánchez Vara, silence, silence à celui tué pour Pérez Mota et vuelta après pétition
Pérez Mota, blessé par son premier et silence
Gómez del Pilar, silence et saluts

Laurent ElTico Deloye


Voir le reportage photographique : ElTico