• 1

Bayonne (30/07/2017) : Manuel Escribano triomphe...

©Philippe Latour
©Philippe Latour
C'est sous les vivats et au son d'une peña baiona façon temborada que les acteurs de cette corrida prirent congés, Daniel Luque et Thomas Joubert pour avoir coupé une oreille, Manuel Escribano quant à lui connaissant les honneurs d'une sortie a hombros, 3 oreilles en poche. Quant aux toros de Robert Margé ils sortirent tous avec énormément de gaz. S'ils ne tinrent pas toujours distance, finissant par se réserver au dernier tiers, par leurs difficultés ils donnèrent du fil à retordre aux trois toreros.

Manuel Escribano
Le tambour major au capote présentait quelques signes de faiblesse. Après deux piques sans trop s'employer (meilleure la 1ère), le toro récupéra pour arriver en boulet de canon sur Escribano aux banderilles. En début de faena Perdigau conserva son allant et le maestro de Gerena eut du mal à trouver le bon sitio et à s'accorder avec la charge du Margé. La faena reste assez superficielle et donnée à courte distance des deux côtes. Après un final par manoletinas et une épée en arrière d'effet rapide, la 1ère oreille tomba.
Le 4ème ne se livre pas au capote. Après deux piques dont la seconde partant de loin, Pagano arrive aux banderilles avec une charge vive, ce dont profite Escribano sur la 1ère paire et sur un sensationnel quiebro donné près des planches qui fit lever d'un bond le public. Débutée les genoux en terre, la faena de l'andalou va aller a mas, le Margé exigeant du torero un arrimon plein d'entrega. Avec technique et un toque affirmé, il tirera les passes sur des séries des deux bords, les meilleures au près se donnant en fin de faena. Entière trasera. Deux oreilles tombent (une de trop sûrement).

Daniel Luque
Régulier triomphateur sur les terres bayonnaises, il dut se contenter pour une fois de ne pas partir sur les épaules. Pourtant, il offrit deux prestations valeureuses. Avec Horus, il essaie de se confier d'entrée cape en main et se fait avertir côté droit. Sur la première des deux piques, le toro met les reins mais manque de forces. Les doblones initiaux sont pleins de saveur, la suite sera plus marquée du sceau du dominio grâce à une main que Luque baissera dans des passes données avec fermeté mais sans se croiser excessivement. Une entière en arrière rapidement décisive libère un pavillon.
Au 5ème âpre et difficile, Daniel Luque va proposer une faena quasi exclusivement droitière (corne gauche très compliquée) dans laquelle il va devoir s'accomoder du genio de l'animal. Il fera taire la musique pour mieux se concentrer sur sa tâche et son travail à l'intérêt constant sera complètement gaché par une vilaine atravesada précédant une entière suffisante. Saluts

Thomas Joubert
Eut du mal à rentrer dans la corrida. Le 3ème était impressionnant de cornes. Il avertit l'arlésien à droite au capote pour commencer et lui fera mordre deux fois la poussière sur un quite (véroniques en tablier puis tafalleras) qui par deux fois vit la patte du toro faucher les appuis du torero le laissant à la merci des cornes heureusement sans mal. Thomas fait l'erreur de vouloir commencer par des statuaires provoqués de loin. Le toro a sa querencia près des tablas et n'est pas enclin à charger. Dès lors, à part une 1ère serie de derechazos donnée au centre, le Margé ne chargera que peu et malgré son entêtement à vouloir imposer absolument son toreo (inadapté en la circonstance) les choses vont traîner en longueur (estocade comprise) pour Joubert. Silence.
Bien que réservé dans la cape et sans flamme au cheval, Taiolo va finalement dans la muleta se réveler un bon collaborateur. Il laisse au torero la possibilité d'exprimer sa personnalité faite de verticalité et d'une douceur frisant l'indolence. On aimerait parfois plus de femeté mais ce serait aller à contre-style. Des enchaînements par dosentinas chauffent le public. On retiendra surtout les naturelles de face données pieds joints et un final par bernardinas serrées. 3/4 d'épée à recibir et après le descabello, l'oreille tombe légitimement.


Arènes de Bayonne
2ème corrida des fêtes
1/2 arène
6 Toros de R MARGE
12 Piques
Cavalerie Heyral

Manuel Escribano oreille/2oreilles
Daniel Luque oreille/saluts
Thomas Joubert silence/oreille

A l'issue du paseo, une minute d'applaudissements salua la mémoire d'Ivan Fandiño

Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Philippe Latour