• 1

Vic-Fezensac (17/09/2017) : Manuel Diosleguarde remporte le trophée Toros y Vinos...

©Matthieu Saubion
©Matthieu Saubion
Si nous étions au mois de Novembre, nous aurions pu écrire que la météo était clémente pour cette journée taurine organisée à l’occasion de cette Saint Matthieu vicoise. Malheureusement nous sommes le 17 septembre et les conditions climatiques ont fortement perturbé le programme initialement prévu par le Club Taurin de Vic.

Tout d’abord, la fiesta campera qualificative du matin a été annulée. Les deux novilleros (El Rafi et Dorian Canton) ont été qualifiés d’office. Ce sont donc quatre novilleros qui ont défilé pour affronter des erales de L’Astarac devant des gradins peu remplis. Il fallait une vraie dose d’Aficion pour braver la pluie et la froidure.
Jean Louis Darré a sélectionné quatre novillos de L’Astarac bien présentés et qui demandaient de l’officio et de l’autorité pour canaliser leur violence et exploiter-au mieux leurs qualités.

Le premier bouscule Carlos Enrique Carmona lors d’une tentative de réception à porta gayola. Le madrilène ne semble pas avoir toutes les clés pour toréer un eral d’encaste Pedrajas. Le novillo est noble mais il a du « tempérament ». Le novillero commence sa faena par des cambiadas, ne pèsera pas sur un toro qu’il ne dominera jamais. Sur les premières séries à droite, il tire trop son adversaire vers le bas sans forcément guider la charge Il toréé par demi- passes sans prendre le dessus sur un toro qui finira par l accrocher sur un derechazo. Après deux séries de naturelles plus dominatrices, le toro reprend le dessus, entraine Carmona dans le terrain des barrières où la fin de faena est brouillonne. Après une entière tendida, le novillero aura du mal à descabeller un toro insuffisamment dominé.

Le second est plus léger. Très bien reçu à la cape par Rafi, il est meilleur à droite qu’à gauche. Des trois paires de banderilles du nîmois, on retiendra les deux premières. Au troisième tiers, l’eral est distrait, désordonné, avec une certaine violence. Il a peu de cou ce qui influence sa manière d’embister dans la muleta. A bon escient, Rafi le toréé à mi hauteur, en ligne droite et enchaîne de bonnes séries sur la droite puis une cinquième sur la gauche avec une certaine élégance. Le toro va à menos et la faena devient plus brouillonne et baisse d’intensité et de qualité. L’élève de Patrick Varin coupe une oreille après une entière basse qui nécessite l’usage du descabello.

Manuel Diosleguarde touche en troisième position un eral costaud qui fait impression à sa sortie du toril. Le bicho bouscule spectaculairement Carmona lors du tercio de banderilles. Sonné le madrilène est évacué à l’infirmerie dont il sortira rapidement (plus de peur que de mal). L’eral, après cet accrochage, se décompose très vite. Il est manso, attiré par les planches. Avec une technique qui commence à s’affirmer, le salmantino réussit à le tenir au centre et à lui imposer, surtout à droite, sa volonté .A gauche c’est plus laborieux. Le garçon a progressé et confirme la bonne impression laissée à Dax, là aussi face à un eral qu’il fallait lidier Dommage qu’Il prolonge un peu trop la faena une fois le toro réfugié dans les tablas. Sur un extraño du novillo, Manuel place à la rencontre une estocade entière, très basse, mais très rapide d’effet et coupe lui aussi une oreille.

Le quatrième plus léger est noble. Il met bien la tète dans le capote de Dorian Canton qui réalise une bonne série. Carmona se fait à nouveau accrocher lors d’un quite approximatif auquel le béarnais répond par un quite bien plus abouti. Au troisième tiers, l’astarac est noble et un peu distrait. Dorian enchaîne avec application de bonnes séries à droite et oblige le toro à rester au centre. Il manque toujours un peu de transmission dans le travail de l’élève d’Adour Aficion probablement désavantagé face à des erales par sa taille et son physique athlétique. Paradoxalement, il ne sert pas de ses atouts au moment de tuer. Une nouvelle fois, il cafouille la mise à mort et doit se contenter de saluer au tiers.

Manuel Diosleguarde remporte le trophée Toros y Vinos. Dorian reçoit le prix à la meilleure faena et celui des organisateurs du Sud-Ouest est remis à El Rafi

Fiche technique
Arènes de Vic Fezensac, novillada non piquée de la Saint Matthieu
Quatre erales de L’ASTARAC bien présentés et offrant des possibilités pour :

Carlos Enrique Carmona : silence après deux avis
El Rafi : une oreille
Manuel Diosleguarde : une oreille
Dorian Canton : un avis et salut au tiers

Trophée : Vinos y Toros : Manuel Diosleguarde
Prix à la meilleure faena : Dorian Canton
Prix de l’ACONSO : El Rafi
Temps de Toussaint directement importé d’un pays nordique
Public pas assez nombreux mais très aficionado

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Matthieu Saubion