Nîmes (17/09/2017 - matinale) : Quatre oreilles pour Pablo Hermoso de Mendoza et Ginès Marin...

  • Imprimer

@ElTico
@ElTico
Quel dommage que la série de sorties en triomphe par la Porte des Consuls de Juan Bautista, se soit achevée, et il fallait bien que cela arrive, sur un échec aux aciers après une nouvelle faena qui marquera les esprits des spectateurs qui garnissaient confortablement l'amphitéâtre Nîmois...

L'Arlésien est un tueur tellement sûr que l'épée levée au terme de dix nouvelles minutes minutes de cette faena pour le souvenir, on se plaisait à se demander si le rabo allait lui être octroyé, une fois de plus... Mais si les statistiques retiendront sa sortie à pieds avec une seule oreille en poche, l'Histoire des arènes de Nîmes gardera longtemps en mémoire ce combat du Maestro Arlésien dans son "rincon", à quelques mètres de la porte du toril...
Un très bon Mendoza s'est assuré un nouveau triomphe ici alors que Ginès Marin a pris date, se contentant pour l'instant d'un triomphe "mineur" par la Porte des Cuadrillas. Mais sans nul doute, l'autre porte, la Grande, finira par s'ouvrir pour lui...

Laurent ElTico Deloye

 

La chronique d'Alexandre Guglielmet :

En ce dimanche matin, l'empresa nimoise proposait une corrida mixte. Au cartel, Pablo Hermoso de Mendoza face à deux toros de Sanchez y Sanchez, Juan Bautista et Ginès Marin se mesurant quant à eux à des exemplaires de Victoriano del Rio.

Le toro d'ouverture pour Pablo Hermoso de Mendoza se montra guère intéressé par la monture lors des passages initiaux. Le premier rejon de castigo eut le mérite de réveiller des envies de combat (modérées..) du Sanchez y Sanchez. Le navarrais fit preuve de temple et de sitio tout au long de la lidia , ajoutant à cela une précision d'orfèvre lors des poses de banderilles. Il tua par une lame trasera suivie deux coups de descabello. Cette mort longuette doucha les espoirs de trophée de l'espagnol. Applaudissements.

Le premier Victoriano sortit court lors des échanges capoteros, obligeant Juan Bautista à le lidier par fuera. Face au lancier, le bicho mit les reins sur la pique initiale mais sans vraiment déplacer la cavalerie. La seconde sera une simple piqûre. Brindis à Pablo Hermoso De Mendoza. A la muleta, ce Victoriano ne proposa qu'une demi-charge sans classe et parfois violente. Fin technicien, l'arlésien, laissant le voile à hauteur de hanche, parvint à construire une faena poderosa d'un bon niveau, agrémentée de jolis détails. Il termina cet ensemble qui alla a mas dans des terrains plus intimistes avant d'estoquer d'une demi-lame par un recibir improvisé suivie d'un énorme coup de verdugo. Oreille.

Le troisième de la matinée, dévolu à Ginès Marin, fut piqué très en arrière sur la première puya avant une seconde appuyée mais brève. Juan Bautista ira lui dessiner un magnifique quite "capote por la espalda". Dès l'entame du troisième tercio, le toro perdit les mains par deux fois. Malgré cette faiblesse certaine, le Victoriano avait assez de noblesse en lui pour permettre au jeune diestro de s'exprimer. Même si l'ensemble put manquer d'intensité par faute d'adversaire aux conditions limitées, le natif de Jerez de la Frontera dessina une faena ambidextre d'une belle dimension où il put faire admirer une tauromachie très fine et élégante, impactant ainsi sur le public. Bernardinas finales avant de loger une entière d'effet immédiat. Deux oreilles généreuses.

Le second de Mendoza est dès son entrée en piste beaucoup plus collaborateur que le premier. Face à ce Sanchez y Sanchez de bon son, le navarrais livra une prestation de haut vol, alliant temple, alegria et technique, faisant ainsi vibrer les étagères. Mort par une mete y saca. Deux oreilles et vuelta posthume au bicho.

Réception soignée de Juan Bautista avant de conduire au cheval ce Victoriano guère intéressé par les appels du piquero. Mais dès son entrée dans le peto, le bicho se montra agressif, poussant avec détermination par deux fois. Au dernier tiers, Juan Bautista trouva instantanément le bon sitio et le bon tempo à donner à ce brave opposant manquant toutefois d'alegria. Dominant totalement son sujet, se permettant même de corriger ses charges, le camarguais livra une prestation tout en maîtrise et en justesse technique, ajoutant à cela des passages profonds et intenses. En fin de trasteo, il fera lever la foule comme un seul homme après avoir servi, immobile, un enchaînement de circulaires ponctué par un desplante osé sans muleta. Une défaillance aux aciers le priva des trophées qui semblait acquis. Vuelta.

Capoteo de salida discret de Ginès Marin devant un Victoriano sans longue charge. Après une double ration de fer pour la forme, le torero de Badajoz dédia son combat au public. Lors de l'ultime tercio, l'astado ne se révèla pas être le partenaire rêvé pour espérer sortir par la Porte des Consuls. Face à un animal sans force ni saveur, Ginès se montra très appliqué et doux dans ses gestes mais ne put jamais faire décoller son labeur faute de matière première. Echec répété aux aciers. Silence.


Arènes de Nîmes (30)
Dimanche 17 septembre 2017 à 11h30.
Corrida mixte.
2 toros de Sanchez y Sanchez et 4 toros de Victoriano del Rio.
2/3 d'arènes
Poids: 540 , 524 , 506 , 529 , 530 , 546.
Temps mitigé
Durée: 2h40

P.H.D. Mendoza: Applaudissements / Deux oreilles
Juan Bautista: Oreille / Vuelta après deux avis
Ginès Marin: Deux oreilles / Silence après avis

Sobresaliente: Jeremy Banti

Pablo Hermoso de Mendoza et Ginès Marin sont sortis à hombros de la plaza, par la porte des cuadrillas.
Le toro de Sanchez y Sanchez sorti en quatrième position, de nom Ranito, numéro 110, pesant 529 kilos, né en février 2013 fut primé d'une vuelta posthume.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico