Les Saintes-Maries de la Mer (30/09/2017) : Six oreilles et une queue lors du Festival Caritatif...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
Certes, les agriculteurs et éleveurs de la Camargue et du Sud-Est de la France en général, commençaient à manquer cruellement d'eau. Il n'avait pas plu sérieusement ici depuis le mois d'avril... Alors l'averse de cet après-midi, si elle n'a malheureusement pas inversé durablement la tendance hygrométrique, a été la bienvenue sur les terres assoiffées de Camargue et de Crau.

Mais pour les organisateurs de ce festival caritatif des Saintes-Maries, rajoutée à l'absence sur blessure de Sebastian Castella, à l'origine de cette journée mais resté sur Madrid pour se faire soigner, elle a laissé trop de places en gradin désertes. Les comptes nous diront ultérieurement si les Ecoles Taurines bénéficieront de subsides à même de les aider financièrement dans leur développement, puisque les fonds recueillis aujourd'hui leur étaient destinés.
Dans tous les cas, l'ondée n'a pas douché les bonnes intentions des six toreros appelés à effectuer le paseo cet après-midi, dont le jeune El Rafi, substitut de dernière minute du Maestro Castella... De quoi en intimider plus d'un. On a revu avec plaisir Swan Soto, très longtemps absent des ruedos, tout comme Diamante Negro et Jonathan Veyrunes. Mais c'est Mehdi Savalli qui a fait grande impression par sa générosité et son abnégation de tous les instants.

Swan Soto combattit un toro de Patrick Laugier noble mais sans grande classe. Le nîmois lui coupa une oreille à l'issue d'une faena variée et de belle intensité, parsemée de détails savoureux.

Diamante Negro put distiller au Gallon sorti en deuxième position, une tauromachie main basse qui fit merveille surtout sur le piton droit. L'arlésien obtint une oreille de cet adversaire noble, avec de la classe mais manquant d'un peu de force.

Jonathan Veyrunes toucha un Cuillé noble, sans grande classe, qui se révéla meilleur sur le piton gauche. Le Nîmois conclut les débats d'une entière au deuxième essai sous une pluie battante.

Mehdi Savalli eut fort à faire face à un Antonio Bañuelos exigeant, qui lui infligea en début de faena une violente cogida, laquelle, si elle le laissa en partie déshabillé, n'eut fort heureusement pour l'arlésien, aucune conséquence traumatique fâcheuse. Le bas du corps en partie momifié pour la bonne cause et sa pudeur, Mehdi Savalli revint au combat sur une piste marécageuse pour imposer sa volonté au cornu, qu'il coucha d'une entière en avant.

Jérémi Banti combattit en cinquième position un intéressant exemplaire de Tardieu. L'état du ruedo s'étant considérablement dégradé, il fallait assurer ses appuis et le torero arlésien ne put imposer sa tauromachie de façon efficiente dans ces conditions difficiles. Une mort en quatre temps plomba la fin de sa prestation.

El Rafi hérita d'un Malaga plutôt fort au comportement mansote au premier tiers. Dans la muleta du jeune Nîmois, le toro se révéla  noble, mobile, encasté et exigeant pour un jeune torero. Mais s'il est encore tout nouveau dans le métier, l'ancien pensionnaire du CFT fit front avec détermination et des recours assez étonnants. Là encore, une mort en trois envois limita le succès à un trophée.


Arènes des Saintes-Maries de la Mer
Samedi 30 septembre 2017
Festival caritatif
Toros/Novillos de Patrick Laugier ; Gallon ; Cuillé ; Bañuelos ; Tardieu et Malaga, pour :

Swan Soto, oreille
Diamante Negro, oreille
Jonathan Veyrunes, oreille
Mehdi Savalli, deux oreilles et la queue
Jérémi Banti, saluts
El Rafi, oreille

A l'issue du paseo, une minute d'applaudissements a été observée à l'occasion du quarantième anniversaire de l'Alternative de Nimeño II

Laurent Eltico Deloye


Voir le reportage photographique : ElTico