• 1

Mimizan (24/08/2013) : Thomas Dufau a hombros

 

Photo : Romain Tastet
Photo : Romain Tastet
On aurait pu penser que le président de la république était en déplacement, ou bien qu'une alerte type invasion barbare avait été donnée, étant donné le déploiement impressionnant des forces de l'ordre aux alentours des arènes.
Que nenni, le roi toro était juste très bien protégé des anti taurins, ainsi que tous les participants à cette après midi taurine et désormais annuelle à Mimizan.
Tout paraissait s'annoncer de bonne augure, la pluie cessa, le soleil apparut, et les deux premiers exemplaires de Jean Louis Daré, magnifiques de présentation  et d'une grande noblesse, nous mirent l 'eau à la bouche...
Le premier toro de Thomas Dufau, très noble, prit une pique bien administrée par Pedro Iturralde. A  gusto il commença sa faena à genou, faisant vibrer le public. Très jolie faena artistique et technique, achevée avec une excellente épée. À son second il fut esthétique et efficace au capote, son picador Nicolas Bertoli démontra ses talents de cavalier et de picador lors de deux rencontres d'école. Ce second toro plus réservé que le premier, freinant, transmit moins d'émotions , Thomas réussit tout de même à force de technique, à enchainer ses passes et une épée aussi belle qu'à son premier et tout aussi efficace lui fit obtenir une oreille de plus.
Juan Del Alamo eut lui aussi la chance de "goûter" à un des deux meilleurs toros de l 'après midi. Bien piqué par Oscar Bernal, à deux reprises, qui lèvera le palo très vite, on assista à un très beau quite de Juan Leal. De très jolis gestes techniques et artistiques de Juan Del Alamo, beaucoup de chemin parcouru, une tauromachie plus posée qu'avant, très élégante. Ce toro protesta un peu plus que le premier en sortie de muleta. Faena conclue par une épée un peu plate mais efficace, donnant droit à une oreille méritée, toro applaudi à l'arrastre. Son second toro réussit presque à transpercer un burladero, on ne pourra pas parler d'armures modifiées aujourd'hui ! Il rencontrera deux fois le groupe équestre, sans envie aucune, et restera sur la réserve tout le long, compliquant la tâche aux subalternes et au torero. Il gardera la tête assez haute et Juan Del Alamo eut du mérite pour créer une faena avec un adversaire qui garderait la bouche fermé jusqu'au bout. (Une épée pas très jolie et un descabello) .
Juan Leal n 'aura pas eu de chance aujourd'hui...Avec son lot, car il aura combattu le plus compliqué de l 'après midi... Mais il aura eu la chance de se sauver de coups de corne qui aurait pu faire tourner la soirée au drame. Son premier montre de suite qu'il ne sera pas fixe. Piqué une fois par Gabin Réhabi, il sort seul du peto. Magnifique remate ... Hélàs ce toro freine, s'arrête, et calcule absolument tous les gestes de Juan qui se fera accrocher et qui fera preuve de beaucoup d'aguante devant cet opposant listo con mal genio. De nouveau accroché pour tuer, la mise à mort fut rendue très compliquée par cet adversaire trop intelligent qui désarmera Juan... Au second on commençait les frayeurs de salida, quand le toro trébuchait et heurtait de plein fouet Juan contre les tablas ...2 piques administrées par German Gonzalez, dont ll sortira seul. On appréciera une très bonne paire de banderilles posée par Morenito, autorisé à saluer par son maestro. Ce dernier exemplaire très mobile, humilie mais se défend et se retourne vite. Il attrapera Juan Leal,  lui infligeant un puntazo, et nada mas, heureusement, car ses cornes très fermées emprisonnèrent le jeune matador qui passa un mauvais moment. Juan fît de son mieux malgré tout, une faena méritoire devant un opposant loin d'être facile...Le descabello efficace de juan achevait cette après midi de toros à Mimizan.
 
On remit un prix au meilleur picador, ce jour c'est Oscar Bernal qui le remporterait, sans doute parce qu'il aura par deux fois levé le palo. De loin c'est Nicolas Bertoli qui aura réalisé le plus beau tercio de varas, mais il lèvera le palo qu'à la fin de la deuxième rencontre avec le toro. Un picador est là pour piquer (sic) et défendre son cheval. Des toros permettent ou exigent qu'on lève le palo, d'autres pas. 
 
Nathalie
 
 
Mimizan 17H corridas de toros
6 toros del "Camino de Santiago"  de Jean Louis Daré
arènes presque pleines.
Cavalerie Bonijol  : 10 rencontres
 
Thomas Dufau   : 1 oreille et 1 oreille , sortie à hombros
Juan Del Alamo : 1 oreille , silence après 1 avis
Juan Leal      : Silence après 2 avis , applaudissements