Arles (01/04/2018 - tarde) : Miguel Angel Perera et Andy Younes triomphent d'un lot important de Jandilla, dont le sixième exemplaire a été grâcié...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
Mettre au cartel deux des triomphateurs de la dernière temporada madrilène et leur adjoindre un torero du cru ne suffit pas à remplir les arènes... L'adage ne ment pas qui dit que les absents ont toujours tort : C'est une très intéressante tarde de toros qu'il nous a été donné de vivre en ce dimanche de résurrection, conclue d'un indulto qui sera bien sûr matière à maintes discussions dont les tenants des deux parties ne trouveront jamais l'accord.

Mais le lot de Jandilla présenté aujourd'hui valait, indulto ou pas, la reconnaissance au mayoral qui est sorti a hombros en compagnie de Miguel Angel Perera et Andy Younes. Gines Marin a fait étalage d'une tauromachie classieuse, qui en fait sans nul doute un sérieux prétendant au trône, l'épée le privant par deux fois de trophées supplémentaires.

Laurent ElTico Deloye

 


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Miguel Angel Perera accueillit son astado par veroniques, avec un résultat inégal. Au tercio de piques, le Jandilla reçut deux prises de châtiment. Perera entrecoupa ce tiers par un magnifique quite, mélange de chicuelinas et tafalleras. Brindis à Juan Bautista. Le torero de Badajoz montra de suite ses intentions en initiant sa faena par cambios, plein centre, déclenchant les premiers olés de la tarde. Trouvant instantanément le bon sitio sur la très bonne corne droite du bicho, le natif de la Puebla del Prior envoûta le public sur trois tandas idéalement templées, laissant bien courir une main basse parfaite. Après une série sur la gauche de bonne facture mais moins vibrante que la pendante, il reprit la diestra pour cinq minutes de démonstration de domination et de pouvoir, faisant frémir les tendidos en se faisant passer les pitons le long de la taleguilla. Deux oreilles après une épée un poil basse, d'effet rapide. Légère demande de vuelta posthume au toro, non accordée par le palco.

Le second du lot dévolu à Gines Marin rentra avec force lors de deux contacts face au lancier mais montrant tout le long de ce tercio un manque de fixation, fuyant après chaque capotazo. Début de Gines à genoux, le long des planches, mais face aux fuites du bicho, il dût vite se résoudre à se relever. Après quelques réglages, il réussit à contenir ce Jandilla dans son voile, l'embarquant dans une faena toute en élégance et en intelligence, dessinant des séries fines et parfaitement dosées. Au fil des tandas, les velléités de départ encore présentes du Jandilla se firent sentir, faisant ainsi perdre de la transmission à ce combat. Il termina par des bernadinas ultra serrées avant de loger une entière plate et trasera suivie d'un coup de descabello qui ôterent tout espoir de récompense. Vuelta.

Andy Younes salua son premier toro par larga de rodillas enchaînant par des veroniques ajustées avant de le conduire au cheval pour deux piques sans histoire. A la muleta, le Jandilla se révéla soso, sans transmission et prenant sa querencia près de l'arrastre. Face à ce manque de qualités adverses, Andy ne lâcha rien et fit son possible pour inverser la tendance. Sur un pecho, il se fit attraper et reprendre au sol, miraculeusement sans coups de corne. Revenant en serrant des dents après cette forte paliza, il imprima une dernière tanda droitière au courage avant de placer une entière concluante. Ovation avec Salut.

Perera salua le quatrième par un capoteo fleuri et doux. Il entrecoupa le tercio de piques donné en deux rencontres par cinq tafalleras sans bouger d'un millimètre. A la fin du second tercio, Javier Ambel salua après deux poses de palos de catégorie. Au dernier tercio, le Jandilla se montra limité en force et en longueur de charge. Perera, très appliqué, fit l'effort. Il en tira le maximum avec un toreo ajusté et tout en rondeur. Il rematera son labeur dans des terrains réduits par muletazos, redondos, martinetes, recueillant de chaleureux applaudissements des tendidos. Demie-lame concluante. Ovation avec Salut.

Le cinquième de l'envoi prit deux piques, désarmant le cavalier sur l'initiale. Désireux de se montrer, Gines Marin partit au quite, dessinant de très élégantes chicuelinas. Très bons débuts de faena par des statuaires stoïques avec de tracer quelques muletazos très fins. Hélas, le bicho montra vite ses limites physiques, perdant les mains à plusieurs reprises lors des tandas suivantes. Mais la noblesse de ce Jandilla permit tout de même à Gines de s'exprimer, qui édita un trasteo allant à mas. Sans jamais baisser la main sous peine de voir son toro chuter, l'espagnol put faire admirer toute la finesse de son toreo lors d'échanges ambidextres de qualité. En toute fin de combat, il imprima une série importante de majestueuses naturelles templées. Il pincha sa première tentative à l'épée sur recibir avant de mettre une entière d'effet long. Oreille.

Andy réceptionna le dernier par de vibrantes veroniques avant de le conduire pour trois puyas où le toro se mit en évidence en rentrant avec alegria et force dans le peto d'un Nicolas Bertoli précis, se permettant de soulever la monture sur la rencontre initiale. Entame tonitruante d'Andy Younes par cambios, trincheras et passe du desden, déclenchant immédiatement les accords musicaux. L'arlésien, poussé par le public, profita des charges classieuses de cet astado pour réaliser une prestation de haute volée. Devant cet excellent exemplaire répondant à chaque toque, Andy réussit à se hisser à son niveau et régala l'assistance par de larges séries ambidextres vibrantes, faisant parler son sens du temple. Il déploya également toute la panoplie de son répertoire, molinettes, circulaires, passes du mépris, trincheras, desplante... Avant qu'il aille chercher l'épée de mort, la pétition d'indulto commença peu à peu à monter jusqu'à ce qu'elle soit accordée alors que le protégé de Curro Caro livrait encore quelques derechazos relâchés de haute facture. Indulto accueilli par une division d'opinion. Deux oreilles symboliques pour Andy Younes.


Arènes d'Arles (13)
Dimanche 1er avril à 16h30
6 toros de Jandilla.
Poids : 515 , 500 , 520 , 540 , 555 , 550.
13 rencontres avec la cavalerie d' Alain Bonijol.
Environ 2/3 de plaza.
Beau temps
Durée: 2h38

M.A.Perera : Deux oreilles / Ovation avec Salut.
G.Marin : Vuelta / Oreille après avis.
A.Younes : Ovation avec Salut / Deux oreilles symboliques.

Indulto de Lastimoso portant le numéro 80, né en décembre 2013, pesant 550 kilos, de robe colorado et sortit en sixième position.
Sorties à hombros de Miguel Angel Perera, Andy Younes et d'Angel Perez Trinidad, mayoral de Jandilla.


Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico