• 1

Arles (02/04/2018 - matinale) : Diego Ventura et Leonardo Hernandez a hombros...

©ElTico
©ElTico
En ce lundi matin, l'empresa avait programmé la traditionnelle corrida de rejon. Au programme, un cartel très relevé avec Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernandez.

Le tout arbitré par des toros de San Pelayo.

Andy Cartagena fit étalage d'un joli sens du temple lors de la réception du premier San Pelayo de la matinée. Face à un toro maniable mais allant à menos, le cavalier de Benidorm servit une prestation irrégulière, qui eut du mal à décoller. Il connut les meilleurs moments en fin de combat, lors de la pose de banderilles courtes. Mort par entière trasera au deuxième assaut suivie d'un coup de descabello. Silence.

Le deuxième dévolu à Diego Ventura est un toro imposant, applaudi à sa sortie dans le ruedo. Le natif de Lisbonne le brinda à Juan Bautista. Maîtrisant parfaitement son sujet, Ventura livra une prestation de haute volée, mêlant technique et temple. Il mit les arènes debout par des poses de banderilles précises, enchaînées de pirouettes millimètrées. Survolté, il continua sur le même tempo lors de poses brillantes de banderilles courtes al violin , avant de tuer en trois essais. Deux oreilles.

Leonardo Hernandez hérita d'un animal maniable. L' espagnol imprima un ensemble plaisant et classique. En fin de combat, il fit monter l'intensité de son labeur en citant le San Pelayo en cabrant, enchaînant par la pose de banderilles courtes. Il logea une lame contraire concluante au second envoi, avant que le puntillero ne se montre très maladroit à de multiples reprises, calmant ainsi les envies de pétition du public. Ovation avec Salut.

Le quatrième bicho manqua d'allant. Andy Cartagena édita un ensemble comportant quelques bons passages mais le tout manqua de transmission et d'impact sur le public. Echec aux aciers où l'espagnol multiplia les coups de descabello. Silence.

Sur les premiers cites, le cinquième San Pelayo se montra fuyard, peu concerné par le cheval de Ventura. L' espagnol fit une démonstration de technique pour tirer le meilleur de cet exemplaire. Il réduisit les distances lors des cites, posant les banderilles avec une précision chirurgicale et dans des terrains ultra serrés. Ventura fit basculer sa prestation dans une autre dimension sur "Dolar", débridé , pour une paire de palos posés avec brio, faisant lever la foule comme un seul homme. Entière concluante qui déclencha une forte pétition, délivrant les deux oreilles et la queue du palco.

Le dernier de la matinée permit à Leonardo Hernandez de s'exprimer. Le natif de Badajoz, très décidé, imprima une prestation enjouée et de qualité, posant les banderilles avec brio et efficacité. Il régala le public par quelques quiebros millimètrés et conclut par une lame trasera et basse d'effet fulgurant. Deux oreilles.


Arènes d'Arles (13)
Lundi 2 avril à 11h
6 toros de San Pelayo
Durée: 2h25.
Temps gris et frais.
2/3 de plaza.

A.Cartagena : Silence / Silence après avis.
D.Ventura : Deux oreilles / Deux oreilles et la queue.
L.Hernandez : Ovation avec Salut / Deux oreilles.

Diego Ventura et Leonardo Hernandez sortirent à hombros de la plaza arlésienne.
Le palco présidentiel féminin portaient une rose blanche en hommage à Luc Jalabert.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico